Northern Travel (1859) : un Nord vraiment exotique ?

Dans le cadre d’un cours d’introduction aux humanités numériques, nous avons été amenés à utiliser différents outils d’analyse textuelle permettant d’étudier un texte sans pour autant le lire dans son entièreté. Il y a tellement de livres produits chaque année que pour Franco Moretti il faut faire du distant reading.

Il ne faut pas les lire, mais les analyser avec des ordinateurs, utiliser des outils d’analyse textuelle numériques et interprétant des grandes bases de données de textes.1

Cette année, le thème du cours était les récits de voyage dans le Nord, ainsi j’ai choisi le livre Northern Travel: Summer and Winter Pictures of Sweden, Denmark and Lapland écrit par Bayard Taylor, un écrivain, poète, traducteur et explorateur américain.

Cette œuvre est un rassemblement de plusieurs lettres écrites par Bayard Taylor en 1857, pour le journal New York Tribune. Dans ces lettres, on découvre le récit de son voyage à travers la Scandinavie. Le livre qui rassemble toutes ces lettres sera publié deux ans plus tard, en 1859.

Dans cet article nous allons suivre le processus qui nous a permis d’obtenir des résultats intéressants sur ce texte.

Etape 1 : Préparation du texte brut

Afin de pouvoir utiliser correctement les outils d’analyses numériques il nous faut un fichier texte. Cela signifie que si nous ne disposons que d’un livre en format papier, nous devons alors le transformer en texte numérique. Cela peut s’obtenir grâce à l’OCR (Optical Character Recognition), qui reconnait les caractères d’un texte papier pour le convertir en fichier texte. Dans notre cas, nous avons pu obtenir un fichier texte sur le site du Projet Gutenberg en choisissant la version “plain text”.

Après cette étape, il faut ouvrir notre fichier dans un éditeur de texte tel que notepad ++ ou atom pour obtenir un texte brut. Avant de commencer les analyses, il ne reste plus qu’à nettoyer ce texte. Le nettoyage consiste à enlever tout ce qui pourrait fausser les analyses, comme des erreurs de caractères ou des passages qui ne seront pas utiles dans l’analyse telle que l’on souhaite la mener (les crédits du Projet Gutenberg en fin de livre par exemple). Ce processus est plus ou moins long selon la qualité de l’OCR. Une fois le texte nettoyé nous pouvons commencer l’analyse !

Etape 2 : Trouver un axe de recherche

Avant ou après une première utilisation des outils, nous pouvons nous poser des questions de recherche pour explorer certains aspects de l’œuvre grâce à ces outils.

Nous avons d’abord exploré quelques outils sur Voyant Tools sans question précise, puis les premiers résultats m’ont guidée vers certaines pistes. Je me suis donc intéressée à deux axes : les perceptions et représentations, que l’auteur a du Nord et de ses habitants.

Avant de répondre, il faut aussi avoir conscience du contexte d’écriture. Qui est le public ? Qui est l’auteur ? Ces éléments peuvent avoir une influence sur les résultats obtenus. Dans notre cas, le livre choisi est une édition de lettres à destination des lecteurs américains du journal New York Tribune et écrites du point de vue de Bayard Taylor en 1857.

Etape 3 : Utilisation d’outils d’analyses numériques

Voyant Tools :

Voyant Tools est un outil d’analyse de texte, qui permet d’obtenir différentes visualisations. Nous allons découvrir maintenant quelques outils que propose ce site, pour tenter d’obtenir des pistes de réponses aux questions de représentations du Nord et de ses habitants.

L’outil “nuage de mots”

L’outil nuage de mots, appelé “cirrus”, nous permet de voir les mots les plus récurrents dans le livre, on peut ainsi en déduire les thèmes principaux. En un coup d’œil, nous pouvons émettre des hypothèses sur les thèmes centraux du livre. Il faut noter que l’outil a supprimé les mots vides appelés stop-words sur le site (tous les mots comme “et”, “avant”, “depuis”, … qui n’apporteraient pas beaucoup d’informations à notre analyse) car ces termes sont les plus fréquents dans le texte.

Nuage de mots obtenu sur Voyant Tools

Sur ce nuage de mots on peut observer les termes “Norwegian” (Norvégien), “Swedish” (Suédois), “people” (personnes) et “man” (homme). Cela peut nous amener à penser que Bayard Taylor parle fréquemment des habitants du Nord dans son texte, comme ces termes font partie des plus récurrents. Aussi, les termes “snow” (neige), “dark” (sombre), “cold” (froid), “white” (blanc) et “night” (nuit) nous donnent aussi une première idée de la représentation de la Scandinavie donnée dans ce livre.

L’outil “contexte”

L’outil “contexte” permet d’avoir accès aux phrases qui se trouvent autour des mots cherchés. Par exemple, si je prends le mot “Norwegian”, je verrai dans quel contexte il est utilisé, si ce mot est employé avec des qualificatifs positifs ou non. Cet outil nous donne un tableau comme ci-dessous :

Tableau de l’outil “contexte” proposé par Voyant Tools

Ici nous voyons que les Norvégiens sont qualifiés de manière péjorative, il les associe dans ce passage à “la paresse, l’alcoolisme, la saleté et la débauche”.

L’outil “arbre de mots”

Grâce à l’arbre de mots, nous obtenons un résultat similaire à l’outil contexte mais sous une forme différente.

Arbre de mots autour du mot “Norwegian” obtenu sur Voyant Tools

Ici, les Norvégiens ne sont pas qualifiés négativement comme dans l’outil précédent. Taylor explique que selon lui, les Norvégiens qui ont voyagé sont très courtois. On pourrait se demander s’il n’y a pas une différence de traitement selon les classes sociales. En effet, au XIXème siècle, peu de personnes voyageaient, cela était en général réservé à des personnes aisées.

L’outil “tendance”

Cet outil permet de voir quand et à quelle fréquence certains mots apparaissent dans le texte sous la forme d’un graphique. Nous pourrons donc observer à quel moment dans le texte les mots apparaissent.

Outil “tendance” de Voyant Tools : graphique montrant la fréquence de différents mots en fonction du moment dans le texte

Les lieux mentionnés dans le titre du livre sont le Danemark, la Suède et la Laponie, or avec ce graphique nous voyons que le Danemark n’est presque pas mentionné. Peut-être que Bayard Taylor cherchait à donner à ses lecteurs une image du Nord plus impressionnante, en mentionnant plus les lieux où il fait le plus froid, où la météo est la plus glaciale.

Le Laboratoire des Mythèmes et Gephi

Ces deux outils sont liés car ils se concentrent sur les mythèmes présents dans un texte. Un mythème peut se définir comme une unité narrative, il peut s’agir d’une action, d’un chronotope ou bien d’un acteur.2

Le Laboratoire des Mythèmes

Grâce au Laboratoire des mythèmes, un projet développé par Thomas Mohnike et Ludovic Strappazzon, nous avons pu obtenir tous les mythèmes présents dans notre texte. Les mythèmes les plus centraux sont : see (voir), way (chemin), land (terre), find (trouver), north (nord), snow (neige), day (jour) et say (dire).

Cette liste peut nous donner des pistes sur la narration, sur comment ce récit de voyage est raconté. Nous observons les mythèmes d’action see et find. qui donne cette idée de subjectivité, de récit raconté à travers les yeux de Bayard Taylor, avec ses opinions, ses observations.

Nous pouvons aussi obtenir des listes des mots les plus fréquents selon leur classe grammaticale, ainsi j’ai observé la liste des adjectifs les plus fréquents, qui sont : little (petit), good (bon/bien), great (grand/génial), old (vieux), long (long), dark (sombre), large (large/grand), cold (froid), white (blanc), high (haut), low (bas), northern (du nord).

Nous obtenons ainsi quels qualificatifs Taylor utilise le plus pour décrire ce qui l’entoure. On retrouve cette idée de froid qui ressort avec “cold” et “white”. Mais on a aussi des adjectifs qui s’opposent comme “high” et “low” ou “little” et “large”, peut-être que selon où il se trouve en Scandinavie la perception n’est pas la même, il peut y avoir des différences entre chaque pays visités ou bien selon s’il se trouve dans la nord ou le sud du pays.

Gephi

Les résultats obtenus grâce au Laboratoire des mythèmes peuvent être transférés dans le logiciel Gephi afin d’obtenir une visualisation de tous les liens entre les différents mythèmes. Nous pourrons ainsi observer les liens entre différents mythèmes, et voir par exemple à quels mythèmes sont liés les mythèmes “Lapp”, “Swedish”, “Norwegian”, … Sur ces visualisations plus un point (nœud) est grand plus le mot est fréquent, d’autre part la taille des liens (arrêtes) exprime la proximité entre deux mythèmes.

Réseau de mythèmes relié au mythème “Lapp” obtenu sur Gephi

Ici nous pouvons observer les mythèmes liés au mythème “Lapp” qui renvoient aux peuples sames. Ce mythème est lié à “Finn” (Finlandais) et “Norwegian” (Norvégien), leur proximité pourrait nous faire penser que le peuple same pourrait être qualifié de Finlandais ou de Norvégiens au cours du récit. Cette hypothèse peut-être vérifiée grâce à l’outil “contexte” de Voyant Tools.

Outil contexte de Voyant Tools sous la forme d'un tableau montrant les phrases autour du terme "Finns" ( qui signifie Finlandais), ici ils sont qualifiés de Lapons
Outil contexte montrant le texte autour du terme “Finns” à travers le livre Northern Travel de Bayard Taylor

Sur ce tableau, il est écrit que les “Lapons” habitant la Laponie norvégienne sont appelés “Finlandais”. Cela peut nous amèner à penser qu’au cours de l’ouvrage, les habitants de la Laponie sont peut-être qualifiés de Finlandais.

Que pouvons-nous dire sur le Nord dans Northern Travel et les outils utilisés ?

Le Nord et ses habitants :

Grâce à ces différents outils, nous pouvons tirer quelques conclusions sur le texte. En ce qui concerne la question de la perception des habitants du Nord, nous avons pu constater que par moment, ils semblent perçus comme inférieurs au narrateur. Par exemple, les Norvégiens étaient parfois associés à des qualificatifs négatifs comme l’alcoolisme ou la bêtise. Nous avons aussi pu observer une différence de perception selon la classe sociale, comme nous avons pu le voir avec l’outil “arbre de mots” de Voyant Tools.

En ce qui concerne la représentation du Nord, il semble présenté comme un endroit hostile, sauvage et surtout glacial. L’auteur semble insister plus sur l’hiver. Les mythèmes et les mots « snow », « cold », « wind » et « ice » sont très fréquents dans ce texte. Pour vérifier ces différentes idées, on peut s’appuyer sur de la littérature secondaire. Par exemple, dans un article de Maria Lindgren Leavenworth on peut lire :

In Taylor’s text the differences between North and South are pronounced, textually and imaginatively transferring the exotic to the arctic areas. Whereas the southern parts of both Sweden and Norway are depicted as mundane and are often criticised, his winter journey into Swedish Lapland represents a far more original experience.3

Cette citation nous permet d’observer la différence de perception du Nord et du Sud de la Scandinavie par Bayard Taylor. Pour lui ce qui est vraiment incroyable et exotique, pour reprendre les mots de Maria Lindgren Leavenworth, dans la Scandinavie est la partie septentrionale. En ce qui concerne la représentation des habitants du Nord, on peut aussi lire dans cet article :

Taylor’s expectations are clearly textually shaped, but his first descriptions are used to refute previous accounts. Young men he encounters are not “so ill-favoured, short, and stunted as [he has] imagined”, neither are women “remarkable ugly, as the Lapps are generally represented”. […] He confesses to being “disappointed […] with the reality”, one that is mundane and anything but exotic.4

Ici on constate que Bayard Taylor avait des attentes et des préjugés sur le Nord et ses habitants (souvent négatifs) et qu’il est déçu que la réalité ne soit pas si “exotique”. Ces préjugés ont peut-être influencé sa manière d’agir et de percevoir les autochtones ainsi que nous le montrerait nos premières analyses textuelles.

Les limites des outils :

Certes ces différents outils sont très utiles, mais ils nous permettent simplement d’émettre des hypothèses, des interprétations de données, mais nous n’obtenons pas une vérité absolue comme avec toutes autres méthodes de recherche. Il est donc important de garder cela en tête. De plus, il peut être intéressant, pour bien utiliser ces outils, de s’appuyer sur le texte lui-même ou sur de la littérature secondaire pour confirmer nos hypothèses.

De plus, ces outils nous donnent les informations qu’on leur demande de chercher. Comme avec beaucoup de méthodes de recherche, nous pouvons parfois passer à côté de certaines choses et manquer un point crucial dans notre analyse. Il y a peut-être des champs lexicaux et des mythèmes auxquels on ne pense pas. Toutes ces limites sont importantes à avoir en tête avant d’utiliser ces outils.

Si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à consulter les autres articles sur les humanités numériques et/ou sur des voyages vers le Nord, disponibles sur Feuillets du Nord.



Citer ce billet
Emma Rychen (2024, 22 février). Northern Travel (1859) : un Nord vraiment exotique ? Feuillets du Nord. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvu8

  1. Moretti, Franco. 2013. Distant Reading. Verso Books []
  2. 2022, “Mythèmes”, Laboratoire des Mythèmes. https://mythemes.unistra.fr/w/index.php/Mythemes []
  3. Notre traduction : Dans le texte de Taylor, les différences entre le Nord et le Sud sont prononcées, transférant dans le texte comme dans l’imaginaire l’exotisme vers les zones arctiques. Alors que les parties méridionales de la Suède et de la Norvège sont décrites comme banales et sont souvent critiquées, son voyage d’hiver en Laponie suédoise représente une expérience beaucoup plus originale. Maria Lindgren Leavenworth, (2010). “Exotic Norths ? Representations of Northern Scandinavia in S.H. Kent’s within the Artic Circle and Bayard Taylor’s Northern Travel”. Nordlit, no. 26, p.5. []
  4. Notre traduction : “Les attentes de Taylor sont clairement façonnées par le texte, mais ses premières descriptions sont utilisées pour réfuter les récits précédents. Les jeunes hommes qu’il rencontre ne sont pas “si mal lotis, petits et rabougris qu’il l’avait imaginé”, et les femmes ne sont pas non plus “d’une laideur remarquable, comme on le représente généralement chez les Lapons”. […] Il s’avoue “déçu […] par la réalité” (130), une réalité banale qui n’a rien d’exotique.” Maria Lindgren Leavenworth, (2010). Exotic Norths ? Representations of Northern Scandinavia in S.H. Kent’s within the Artic Circle and Bayard Taylor’s Northern Travel. Nordlit, no. 26, p.10. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search