Séjour linguistique à Tønsberg, les avantages du WWOOFING

Cet article raconte mon expérience de WWOOFING en Norvège dans le cadre d’un séjour linguistique au fil de ma L2 LLCER d’études Scandinaves.

Au sein de ma deuxième année de LLCER d’études Scandinaves, j’ai eu l’opportunité de réaliser un séjour linguistique en Norvège du 03 au 23 Aout 2022, par le biais d’un WWOOFING. Les objectifs de ce séjour étaient tout d’abord d’améliorer mon norvégien en approfondissant et perfectionnant la langue à l’oral ainsi que sa compréhension. Je souhaitais également en apprendre plus sur le vocabulaire et la culture du pays. Je vais vous raconter ici mon séjour en détail, les avantages et inconvénients du séjour linguistique et du WWOOFING selon ma propre expérience, tout en tentant de vous donner envie de visiter ce sublime pays, rempli de belles choses à découvrir.

Les alentours de Nøtterøy, ville de la famille. Vue sur la mer avec une maison norvégienne.
Les alentours de Nøtterøy, ville de la famille.

I : C’est quoi un séjour linguistique ?

Comme son nom l’indique, un séjour linguistique est une période d’immersion linguistique dans notre pays de spécialité, destiné à mettre en application nos compétences en langue afin d’avoir une expérience concrète d’utilisation de cette langue. Mais ce n’est pas tout ! Le but de ce séjour est également de permettre aux étudiants d’en apprendre davantage sur le pays en question et sa culture, peu importe la manière. La seule condition est de passer au minimum deux semaines en continu dans le pays.

Ainsi, les étudiants peuvent choisir ce qu’ils désirent comme type de voyage tant que la condition de la durée et le fait que l’utilisation de la langue soit pratiquée le plus possible est respectée tout en s’imprégnant d’éléments culturels. Il est seulement attendu à l’issue de cette expérience un court dossier d’environ dix pages relatant le séjour, avec un retour sur l’expérience. Cela laisse alors une pléthore de possibilités ! Dans mon cas, n’ayant pas forcément les moyens financiers de rester aussi longtemps en tant que touriste en Norvège, j’ai alors opté pour le WWOOFING, une solution originale et économique pour voyager presque gratuitement !

II : C’est quoi le WWOOFING ?

Contrairement à ce que beaucoup de monde pense, il ne s’agit pas de garder des chiens pendant les vacances des propriétaires. Le “WWOOFING” vient de “WWOOF”, qui est l’acronyme de “World-Wide Opportunities on Organic Farms”, “Opportunités mondiales dans les fermes biologiques”. Initialement il s’agissait d’apporter son aide dans une ferme en échange du gîte et le couvert. De nos jours, les structures se sont diversifiées, proposant des WWOOFING dans des auberges, restaurants, producteurs, fermiers ou encore chez des particuliers, comme dans mon cas.

Le WWOOFING étant un programme mondial, il faut d’abord au préalable se connecter sur la page WWOOFING du pays visé, en l’occurrence, voulant aller en Norvège, j’ai donc dû me faire un compte sur WWOOF Norway. La création de compte est très simple, vous devrez payer la licence WWOOFING pour ensuite avoir accès aux annonces. Une courte description de votre personne vous sera également demandée. Ne négligez pas cette partie ! Cela détermine si l’hôte acceptera votre séjour ou non, c’est un peu votre “publicité”. Multipliez vos chances en créant une description avantageuse et honnête.

Si vous trouvez un hôte, ne vous attendez pas à des vacances, cela n’est pas le but. Même si évidemment certains hôtes vous feront plus travailler que d’autres, l’essence même du WWOOFING est d’apporter une main d’œuvre au propriétaire. Si en soit vous n’avez pas a être redevable en terme de performance ou de quantité de travail, le principe de l’organisme veut que le WWOOFER soit motivé et coopératif. Bien entendu vous pouvez refuser certaines tâches si vous ne vous sentez pas à l’aise. Il s’agit avant tout d’un échange, d’une relation respectueuse, service contre service et d’une expérience humaine. Vous pourrez être amené à réaliser divers types de tâches, suivant le type de structure.

III : Mon expérience

Pour ma part, j’ai été accueilli dans une famille avec quatre enfants de quatre à dix-huit ans, Kasper, Tine, Mina, Reidar et leur parents Tore et Ragnhild, habitant dans les environs de Tønsberg, dans le sud de la Norvège. Cette famille pratiquait la permaculture, visant à devenir intégralement autonome en nourriture. Mes missions allaient donc être en lien avec le travail de la terre ainsi qu’un peu de bricolage.

Le premier contact avec la famille s’est très bien passé, c’était même assez drôle car ils s’attendaient à ce que je sois de petite taille, car selon eux nous sommes petits en France. Il était aux alentours de dix-neuf heures trente quand je suis arrivé chez eux. Premier contact avec la culture norvégienne d’un point de vue intime, la maison est entièrement en bois. La famille était affamée car ils avaient pour habitude de manger à dix-huit heures. Nous passons donc à table, et avant de manger ils avaient pour habitude de chanter une petite prière, une sorte de bénédiction.

La prière en question : "Toi qui nourrit le petit oiseau, bénit notre nourriture, ô Dieu A-amen".
“Toi qui nourrit le petit oiseau, bénit notre nourriture, ô Dieu A-amen”.

Nous chantions cette prière avant chaque repas, du petit déjeuner au dîner. S’en est suivi le repas, qui était composé de deux sortes de pains, l’un était noir et fait de beaucoup de céréales, et l’autre semblable à des Wasa. Sur ceux-ci nous tartinions du beurre, du kaviar (une sorte de purée orange à base de poisson très salée) ainsi que du brunost. Il était disposé plusieurs plats allant de la salade aux pois chiches et à la viande, chacun se servait à sa guise tel un pique-nique. C’était de cette manière que se déroulaient les repas durant mon séjour chez eux.

J’en ai alors profité pour leur parler de mes études et du fait que je devais parler norvégien au maximum. Ils ont étés très amusés de savoir que je faisais ce genre d’étude et que cela existait. Ils ont été très enclin à parler leur langue, et étaient honorés que je « sache » la parler. Cela était donc très agréable de discuter avec eux car ils avaient envie de m’aider à progresser. Souvent les personnes venant en WWOOFING comme moi venant de France ne parlent même pas anglais et encore moins norvégien, ils étaient donc ravi que je connaisse les deux. L’heure du coucher arrivée, nous sommes partis dormir, et l’expérience d’avoir les lueurs du soleil tard le soir était aussi très spéciale.

Photo prise aux alentours de 23h30. Vue de la fenêtre de ma chambre avec encore beaucoup de luminosité.
Photo prise aux alentours de 23h30 en août

Le lendemain matin, pour mon premier jour de travail, j’ai dû attraper, tuer, et plumer sept poulets. J’ai donc appris le mot pour dire « abattre » qui est « å slagte». Par la suite j’ai ramassé les pommes de leur nombreux pommiers, nourri les poulets que je n’avais pas encore tués, et désherbé leur petit espace dans lequel ils faisaient pousser la plupart de leurs légumes.

Leur jardin. Vue du jardin très verdoyant avec potagers et pommiers.
Leur jardin.

Presque tout ce qu’ils consommaient provenait de leur jardin. Ils faisaient pousser des légumes de saison et les conservaient par la suite en les enterrant dans du sable. Après une dure journée de labeur sous la pluie à désherber des pissenlits, nous sommes passés à table, toujours à dix-huit heures. Ce soir là, c’était des gaufres que nous avons mangé. Elles étaient faites avec une pâte base neutre, ainsi nous pouvions les tartiner de sucré ou de salé. Je me sentais bête car je ne savais pas vraiment comment manger ces gaufres, en effet elles ont une forme particulière avec des « parties » distinctes. Je les mangeaient entière alors que finalement tout le monde détachait ces sortes de « cœurs » pour les recouvrir de plusieurs choses comme des confitures, de la crème, du brunost…

Lesdites gaufres. Table à manger au moment du déjeuner avec un plat de gaufres ainsi que des confitures.
Lesdites gaufres.

Après le repas nous avons regardé un film culte norvégien, Elling. La compréhension était assez compliquée étant donné le genre du film faisant que les personnages parlaient vite et pas toujours très distinctement. Malgré tout j’ai compris les grandes lignes du film et quelques blagues en plus de passer un bon moment.

"Elling". Le film culte.
“Elling”

Le lendemain les activités étaient similaires, fort heureusement je n’ai pas eu à assassiner d’autres poulets innocents. Nous étions un vendredi et notre dîner était évidemment des tacos car c’est le « Taco fredag ». Les tacos étaient similaires aux notre en France, à la seule différence qu’il existe une sorte de galette composée à base de pomme de terre, un « lompe ». Une galette avec peu de goût mais nourrissante.

Le "Taco Fredag". Table à manger avec assiettes et ingrédients pour composer nos tacos.
Le “Taco Fredag”.

Le jour suivant c’était le week-end, j’en ai alors profité pour aller visiter Tønsberg et les environs.

La promenade du port de Tønsberg. Vue du port de Tønsberg avec quelques bateaux et des maisons colorées.
La promenade du port de Tønsberg.
Le "Saga Oseberg", réplique du bateau d'Oseberg trouvé non loin de Tønsberg. Vue de la proue du bateau ornée de gravures.
Le “Saga Oseberg”, réplique du bateau d’Oseberg trouvé non loin de Tønsberg.
Le chantier naval des bateaux viking. Grumes en attentes d'être taillées et assemblées.
Le chantier naval des bateaux viking.
Vue des ruines de la forteresse "Slottsfjell", qui fut un temps, était la  forteresse la plus imprenable de Norvège. Point de vue en hauteur donnant un point de vue sur la mer.
Vue des ruines de la forteresse “Slottsfjell”, qui fut un temps, était la forteresse la plus imprenable de Norvège.
Les alentours de Nøtterøy, ville de la famille. Maison norvégienne en bois peinte en rouge avec des fleurs jaunes sous les fenêtres.
Les alentours de Nøtterøy, ville de la famille.
Munkerekka. Baie proche de la maison de la famille d'accueil. Vue sur la mer lisse à la lumière d'un coucher de soleil.
Munkerekka.

Ainsi, même en WWOOFING selon le planning prévu par la famille, j’ai tout de même eu l’occasion de partir en balade pour découvrir la région. Les hôtes savent que vous venez également pour ça, et n’hésiteront pas à vous conseiller des visites. Dans ma famille, j’avais des horaires de travail bien précis. Je débutais ma journée à 9h, mangeais à 12h et finissais à 17h, ce qui me laissais environ une heure de pause avant le diner.

Les jours suivant nous étions dans leur maison de campagne à Fetsund, une campagne proche d’Oslo, où nous nous adonnions à des travaux plus manuels. Charpente, bricolage, peinture, nettoyage de la maison, ramasser des ballots de paille, tant d’activités que j’ai eu à faire durant ce séjour.

La maison de Fetsund. Vue sur la maison en bois peinte en blanc.
La maison de Fetsund.
Rénovation de la charpente d'une des pièces de la maison. Tore, le père d'accueil et ses machines réalisant des travaux.
Rénovation de la charpente d’une des pièces de la maison.
Récolte et confection des ballots de paille. Tracteur dans le champs attendant de faire les ballots de paille.
Récolte et confection des ballots de paille.
Stockage des ballots de paille. Remorque du tracteur déversant les ballots de paille dans la grange en bois peinte en rouge.
Stockage des ballots de paille.
Nettoyage du toit ainsi que de la façade de la maison. Façade de la maison blanche durant le nettoyage.
Nettoyage du toit ainsi que de la façade de la maison.

IV : Mon avis sur l’expérience

Comme vous pouvez le constater, mon WWOOFING était très en lien avec les travaux manuels, et l’agriculture. Mais comme mentionné plus tôt, cela dépend totalement des hôtes que vous trouverez ! Pour ma part cela me convenait très bien de sortir de ma zone de confort, et revenir à une vie plus traditionnelle. Je vais maintenant vous donner selon moi, les avantages et inconvénients du WWOOFING.

Avantages

  • Expérience : Le WWOOFING est une expérience extraordinaire, donnant lieu à des situations et des rencontres que vous ne ferez pas dans du tourisme plus traditionnel. Vous êtes au cœur de la culture du pays, et réellement imprégné par cette dernière. Vous vivez, participez et êtes témoin des éléments culturels et intimes du foyer, ce qui est une chance incroyable. De plus, c’est l’occasion de tester de nouvelles choses ! Des choses que nous n’aurions peut-être jamais testées dans un autre contexte.

  • Economique : Dans tous les voyages, ce qui coûte le plus cher, c’est le logement, surtout en Norvège où le coût de la vie est à peu près deux fois plus élevé qu’en France. Cet arrangement travail contre gite et le couvert est alors un moyen imbattable pour voyager à moindre coût.

  • Durée : La durée des WWOOFING est également très intéressante. En effet, vous pouvez choisir la durée de votre séjour ! Bien sûr en vous arrangeant avec les disponibilités de l’hôte. Vous trouverez donc des séjours allant de deux semaines comme le miens, à plusieurs mois ! Vous avez ainsi une grande flexibilité et n’êtes pas “bloqués”.

  • Langue : Le WWOOFING est un excellent moyen pour améliorer rapidement et efficacement la langue. Etant plongé toute la journée dans la vie de la famille, ils parlent évidemment leur langue. On se retrouve alors baigné dans cette dernière. Le simple fait de l’entendre quotidiennement nous fait vite progresser au niveau de notre compréhension et notre prononciation.

Inconvénients

  • Le travail : Parfois les tâches demandées pourront paraitre difficiles voire même ingrates, cela dépend du type de WWOOFING. Dans ce genre de situations, il faut prendre son mal en patience et faire au mieux. Encore une fois, rien ne vous oblige à accomplir une tâche qui vous dérange pour une quelconque raison. Mais il faut tout de même garder à l’esprit que vous êtes là pour rendre service, et que cela fait partie de l’expérience, et du “contrat” convenu avec l’hôte.

  • Difficultés de compréhension : Comme précisé juste avant, vous êtes plongés dans la langue, quotidiennement et toute la journée. Vous aurez donc plus ou moins de difficultés à comprendre les discussions et directives selon votre niveau et la région où vous vous trouvez. Rien que dans la famille dans laquelle je me trouvais, la mère de famille venait d’une région nommée le “Hadeland”, se situant non loin d’Oslo. Ayant appris la variante Osloïte de la langue, j’avais beaucoup de difficultés à la comprendre à cause de son dialecte.

  • La nourriture : L’alimentation peut également poser quelques problèmes. Entre traditions culinaires propre à la région où à la famille, ou encore un régime alimentaire spécifique, vous pouvez tomber sur quelques surprises. Dans ma famille, si il y avait des aliments que je ne pouvais pas manger, les hôtes ont toujours étés arrangeant et ont fait de leur mieux pour me satisfaire. Mais il est vrai qu’une alimentation dont nous n’avons pas l’habitude peut être assez perturbant. Encore une fois, il s’agit d’un des aspects de cette expérience.

Ces aspects sont pour moi et selon mon expérience les point principaux du WWOOFING. Personnellement j’ai adoré cette expérience, j’ai appris énormément de choses du point de vue linguistique, culturel, historique, touristique.

V : Tourisme à Oslo

Après deux semaines de WWOOFING, je suis allé visiter pendant une semaine Oslo. Mes compétences linguistiques ayant étés stimulées durant ce séjour dans la famille d’accueil, je me sentais près à dialoguer avec des natifs au fil de mes visites.

L'opéra d'Oslo. Vue sur l'opéra de la rive avec des bateaux en premier plan.
L’opéra d’Oslo.
Stavkirke de Gol, au musée folklorique d'Oslo. Vue de face de l'église.
Stavkirke de Gol, au musée folklorique d’Oslo.
Le bateau "Fram" au musée du même nom. Vue depuis la proue du bateau.
Le bateau “Fram” au musée du même nom.
Monolithe du parc Vigeland. Vue du monolithe principal du parc avec des corps entrelacés.
Monolithe du parc Vigeland.
"Le cri" d'Edvard Munch au musée nationale. Photo du tableau.
“Le cri” d’Edvard Munch au musée nationale.

Conclusion

Pour conclure et tâcher de résumer trois semaines de séjour linguistique, je dirais que mes connaissances en langues ont été plus qu’utiles. Véritable gymnastique en Norvège étant donné les dialectes, on comprends rapidement qu’il n’y a pas qu’un norvégien mais des dizaines. Malgré tout, la compréhension dans les deux sens a toujours été possible bien qui difficile parfois, notamment dans la famille d’accueil où la mère de famille parlait le dialecte du « Hadeland ». Mais toujours après une demande de répéter je comprenais ce qu’elle disait. Au cours de ce séjour je me suis étonné moi même sur mon niveau en langue qui était meilleur que ce que je pensais.

Je suis également heureux d’avoir pu observer des œuvres culturelles que j’ai eu l’occasion d’étudier dans la licence, donnant ainsi tous les outils pour apprécier à leur juste valeurs ces dernières. J’ai atteint et assouvi toutes mes attentes durant ce voyage. J’ai progressé et appris des choses en tous points. Cela me conforte dans mon choix de formation et de projet de vie. Avoir pu appliquer de façon concrète mes connaissances universitaires était un bon exercice, je suis très satisfait de ce séjour linguistique.



Citer ce billet
Maxime Duranton (2023, 1 septembre). Séjour linguistique à Tønsberg, les avantages du WWOOFING. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search