Sagas islandaises : Quel support pour les synthétiser ? [Obsidian 2]

L’article qui suit fait partie d’une série de travaux visant à présenter et mettre en œuvre des logiciels pour tenter de synthétiser une ou plusieurs sagas islandaises, et ainsi rendre leur analyse plus aisée. Cette deuxième partie se penche sur la mise en œuvre des données collectées dans la partie précédente, et ce grâce au plug-in Dataview.

Visualiser la première partie

Image de couverture de l’article, mettant en parallèle la première page écrite de la Saga d’Eirikr le Rouge et le logo du logiciel Obsidian, avec pour fond l’interface de l’application

Les listes et tableaux avec Dataview

Après avoir inscrit toutes les données de la saga dans les fiches en partie 1, Dataview1 fut le plug-in le plus utile et pertinent pour les exploiter.

Comme dit plus tôt, Dataview prend en charge les informations écrites dans les données en fond, ici pour les fiches des personnages et du lexique. Ces données sont en fait détectées par le plug-in comme une caractéristique propre à chaque page, celles-ci pouvant être organisées, comparées et listées dans notamment des tableaux ou des listes.

Les différentes possibilités pour ce Vault vont donc être présentées ci-dessous, avec à leur suite quelques idées supplémentaires que le plug-in pourrait rendrait possible et, enfin, des références pour apprendre à mieux utiliser Dataview.

Un dictionnaire pour le lexique de la saga

Tout d’abord, il faut savoir comment se met en place le plug-in. Voici ci-dessous par exemple le code nécessaire pour générer un tableau présentant tous les mots présents dans le lexique, et dans l’ordre alphabétique.

``` dataview
TABLE vieux-norrois, vieil-irlandais, français
FROM #lexique
SORT asc
```

Il faut bien écrire les trois signes (“`) car cela transforme le texte en une zone de code, avec le nom du plug-in pour signifier que ce code fait maintenat bien partie de Dataview.

Le premier terme en capitale définit le type de document à générer dans la page, à la place du code. Dans ce cas, uniquement des tableaux seront créés, mais d’autres formes existent comme la liste (“LIST”), des tâches (“TASK”), ou même du code Java (en inscrivant “dataviewjs” dans le titre du bloc de code).

Cette image montre l'interface créée par Dataview à partir du code inscrit. Ceci génère un tableau dont les lignes sont les fichiers du Vault, et les colonnes les différentes langues du lexique tiré de la saga, avec leur traduction en français.
Capture d’écran dédiée à lister le lexique de la saga importé dans Obsidian

Les termes qui le suivent sont ceux qui définiront les différentes caractéristiques inscrites dans les données de fond des pages et qui seront les colonnes du tableau, les lignes étant les fichiers eux-mêmes

Ensuite, il faut définir l’origine des fichiers qui seront listés dans le tableau. Cette provenance peut être traduite avec un tag (par exemple FROM #lexique), le nom d’un dossier unique (FROM Kjalarnes) ou tous les fichiers correspondant à une certaine adresse (par exemple comme sur la capture d’écran ci-dessous), ou encore tous les fichiers ayant une certaine caractéristique (avec la variable “WHERE” comme dans un des exemples ci dessous)

Ces origines peuvent être multiples, en ajoutant “OR” ou “AND” entre chacune.

Enfin, la variable “SORT” permet de trier les données dans un certain ordre, ici alphabétique, d’où l’option “asc” (ascending).

Le résultat est alors visible ci-contre.

Des tableaux pour les personnages de la saga

Avec une centaine de personnages, Dataview est un outil indispensable pour tirer des conclusions sur ceux-ci et leur apparition dans la saga.

  • Un tableau pour lister les personnages

Le plug-in permet, avec les données de fond inscrites tel que sur la capture d’écran des fiches des personnages, de créer tout d’abord une liste avec les informations basiques pour chaque personnage.

En modifiant le tri, il devient possible de grouper les personnages sur différents critères comme ici la famille, mais aussi la religion ou les pays dans lesquels ils sont rencontrés.

Cela permet d’avoir une vision générale du Vault et, indirectement, de la saga.

  • Un tableau pour regrouper les personnages sous une caractéristique

Le code Dataview visible ci-dessous est plus complexe que le premier, mais permet d’analyser le Vault en mettant au premier plan une caractéristique plutôt que les noms des personnages.

Ici par exemple, il est intéressant de voir quels personnages apparaissent dans quels pays, mettant la géographie en tant que premier facteur d’analyse. Ce travail est donc réalisable pour d’autres caractéristiques, comme la famille, la religion, etc.

Tout d’abord, la colonne générée et écrite juste après “table” se nomme “rows.file.link”. Cette expression va de pair avec les variables “FLATTEN” et “GROUP BY” trouvées en dessous et permet en fait d’afficher les liens d’autres pages en tant que donnée dans le tableau et non plus comme titres des lignes de celui-ci.

La particule “AS” suivie du mot “Noms” permet en fait de modifier le titre de la colonne en un plus compréhensible dans le tableau.

Les sources des pages sont identiques au premier tableau, pourtant la variable suivante, nommée “FLATTEN”, introduit une donnée nouvelle au tableau.

“FLATTEN” permet aux données du tableau d’apparaître plusieurs fois. Elle est nécessaire à partir du moment où un personnage peut avoir plusieurs informations différentes dans la caractéristique étudiée. Par exemple dans la fiche d’Eirikr le Rouge, il est inscrit dans le facteur “pays” qu’il a visité la Norvège, l’Islande et le Groenland. Dans le tableau, il apparaîtra alors sous ces trois catégories.

Cette variable doit toutefois être utilisée avec celle nommée “GROUP BY” pour obtenir le résultat attendu. Celle-ci organise le tableau sous une caractéristique donnée, ici donc “pays”, permettant à celle-ci d’apparaître en première colonne du tableau, comme vu dans la figure ci-dessus.

De même, cette colonne est renommée avec la particule “AS”.

Enfin, les pays sont organisés et triés dans l’ordre décroissant avec la variable “SORT pays desc”. Cela permet aux personnages n’ayant aucune catégorie de lieu d’apparaître à la fin de la liste.

  • Un tableau pour analyser une caractéristique

Un inconvénient à la structure organisée selon une caractéristique comme vu précédemment est qu’elle ne permet pas d’afficher à la suite des personnages des informations supplémentaires, à la manière du premier tableau liste.

Pour analyser un facteur comme le genre, il peut être intéressant de voir ces données additionnelles au cas où il y aurait des conclusions à en tirer.

Les codes ci-dessus permettent alors de générer deux tableaux basés sur un facteur auquel les personnages répondent.

En effet, la variable “WHERE” introduit une autre source pour les pages qui seront affichées. Des informations de natures différentes peuvent être inscrite pour cette variable, pourtant l’expression pertinente ici est la suivante :

WHERE genre = "homme"

Celle-ci permet à Dataview d’uniquement lister les pages appartenant à une certaine catégorie. En ce cas, les tableaux générés avec cette ligne de code et son équivalent féminin mettent en parallèle les personnages masculins et féminins, avec leurs informations affichées tel que sur le premier tableau.

Pour aller plus loin avec Dataview

Il ne fait aucun doute que Dataview est un outil complexe et puissant à utiliser et que ses possibilités sont nombreuses. Dans cet article, les codes utilisés ne touchent que la surface de ce que le plug-in peut faire.

Avec un compte de chaque mention des personnages dans chaque chapitre, il pourrait par exemple être possible de déterminer la présence de chaque personnage dans l’histoire. Ou bien, avec les fiches chronologiques créées dans la partie précédente, de créer un tableau résumant les événements de la saga qui peuvent être replacé sur une continuité temporelle, offrant un outil clair et organisé pour comparer les chronologies de plusieurs sagas et de notre histoire.

Pour en apprendre plus sur celui-ci et découvrir ses fonctionnalités, voir tout d’abord la ressource informative faite par le créateur du plug-in. Un Vault exclusivement créé pour démontrer les capacités du plug-in existe également, malgré qu’il soit difficile à prendre en main. pour plus de simplicité, cette vidéo en français de la chaîne Boostez votre productivité introduit le plug-in de la manière qu’il a été utilisé ici.

Conclusion sur Obsidian

Obsidian est donc d’après cette étude de cas un logiciel capable de recevoir et afficher les multitudes de données trouvables dans les sagas islandaises. Malgré sa prise en main difficile pour dépasser une utilisation lambda, il offre de nombreuses possibilités en permettant d’afficher les informations de façon claire et concise sous forme de tableaux, de listes, de cartes, de schémas, …

Capable d’accueillir des informations visuelles et textuelles, et de toutes les natures évoquées plus tôt, cela fait d’Obsidian, dans cette recherche, le logiciel qui a été capable, au mieux, de synthétiser une saga islandaise.

La réalisation de ce travail a pourtant pu montrer qu’il serait possible d’aller plus loin avec l’analyse des données. En important directement le texte de la saga, par exemple, il serait possible d’étudier l’apparition linéaire et narrative des nombreux personnages au travers des chapitres, de même que l’utilisation de programmes sous format Java permettrait d’analyser avec beaucoup plus de profondeur les liens entre les personnages et les éléments de l’histoire.

Cette première uniformisation des données laisse place à la possibilité de l’appliquer à nombreuses autres saga islandaises, tout d’abord avec celle des Groenlandais, permettant d’étudier les similarités et différences avec celle d’Eirikr le Rouge, et à plus grande échelle, celles d’autres personnalités ou textes du Moyen-Âge islandais.

Pour terminer cette conclusion et clore cet article, voici ci-dessous la vue graphique du Vault qui a été étudié tout au long de cette recherche, mettant en œuvre les centaines de pages créées sur la seule saga d’Eirikr le Rouge.


Ce travail a été réalisé à l’occasion d’un travail pratique pour le cours “Moyen-Âge scandinave” de première année de la licence LLCER: scandinave de l’Université de Strasbourg. Il a été réalisé par Jolyne Mangeot en collaboration avec Enza Jamis, et supervisé par Thomas Mohnike, professeur en études scandinaves.

Cet article vous est présenté par Jolyne Mangeot sous la supervision de Raphaël Jamet, maître de conférences en études scandinaves à l’Université de Strasbourg.


Bibliographie, outils et références



Citer ce billet
Jolyne Mangeot (2023, 15 septembre). Sagas islandaises : Quel support pour les synthétiser ? [Obsidian 2]. Feuillets du Nord. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyy

  1. Brenan, M. (2021). Obsidian Dataview [Plug-in]. Disponible à https://github.com/blacksmithgu/obsidian-dataview []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search