Explication du conte La Saga d’Æthelswith

Dans le cadre de notre projet culturel de 3ème année de licence, nous cherchons à promouvoir la culture scandinave au travers d’un atelier de création artistique. Nous avons pour objectif de mettre en avant différents aspects culturels scandinaves ainsi que leurs références, des éléments historiques ainsi que des artistes nordiques, tout en jouant sur les mythèmes. Dans cet objectif nous, Cassandra ADAM, Elisa CLOLOT et Simon EVRARD, avons chacun publié une production personnelle. Nous offrons au lecteur une explication détaillée de notre travail qui consiste à renseigner le lecteur sur les différentes références utilisées ainsi qu’à mettre en avant des éléments culturels nordiques choisis, dans le but de l’intéresser à découvrir le Nord dans son aspect artistique. N’hésitez pas à découvrir l’explication de texte d’Elisa sur ses poèmes et la mise en avant de la vie et l’oeuvre d’un peintre danois par Simon.

Le récit d’un voyage

Le conte s’inspire de la culture et de l’histoire scandinave. Il est parsemé de références, images, inspirations et mythèmes scandinaves et fait un parallèle direct avec l’histoire viking.

Dans le conte, le personnage principal, Æthelswith, part en bateau vers l’Est et arrive dans un nouveau pays. Elle part en réalité d’Angleterre et arrive en Norvège. Alors que les Vikings partent en bateau vers l’Ouest et vont donc de la Norvège en Angleterre. Le parallèle a été fait implicitement tout au long du conte.

En effet, je n’ai jamais clairement dit qu’elle était partie d’Angleterre pour arriver en Norvège. Je vais donc expliquer le parallèle ainsi que les références faites.

Pour commencer Æthelswith est un vieux prénom anglais. Il était notamment porté par une reine de Mercie au IXème siècle1. De même pour son amie, Osthryth. C’est un vieux prénom anglais aussi porté par une reine de Mercie, au VIIème siècle2. Nous avons aussi le nom du royaume ainsi que celui du continent. Saxicia est un mélange entre ‘saxon’ et ‘Mercie’ repris sous la forme anglaise ‘Mercia’. Angliha fait référence au mot ‘Anglia’, du latin pour dire Angleterre, que nous retrouvons aussi dans ‘East Anglia’ une région d’Angleterre de l’Est.

Æthelswith vit en Angleterre durant le Moyen-Âge et part vers l’Est. Ici, le parallèle voire opposition est, en plus qu’elle soit anglaise et non scandinave, qu’elle parte vers l’Est et non l’Ouest comme les Vikings.

Lorsqu’elle arrive au nouveau pays, il y a deux descriptions. La première est celle des plages de Saxicia, remplies de sables beiges et il n’y a que du vert à l’horizon. Avec cette description j’ai voulu faire référence aux paysages d’Angleterre mais surtout l’opposer à la description suivante : celle de la côte du nouveau pays, décrite comme montagneuse, blanche et froide. Ce nouveau pays est censé être la Norvège. J’ai choisi de décrire la Norvège comme montagneuse et froide même si ce n’est pas que cela puisque ce sont des stéréotypes assez communs lorsque l’on parle du nord.

Des prénoms anciens

Il est ensuite mentionné deux autres noms : ceux de deux marins font partie de l’équipage et sont, alors, anglais. J’ai encore une fois choisi d’exprimer cela de manière explicite : Eadweard et Alfred sont tous les deux de vieux prénoms anglais, de rois du Wessex3.

Du côté scandinave, j’ai utilisé ‘Nordsmen’, ‘Norsken’ et ‘Nordxon’ pour le nom de la population, de l’endroit et enfin de la langue. Ces trois mots viennent de ‘nord’ qui peut être utilisé ou dérivé pour parler en outre de la Scandinavie et de son peuple. Il y a par exemple ‘Norden’ ou ‘Norsemen’. ‘Nordsmen’ est la réunion de ‘Nord’ et de ‘Men’, hommes en anglais, et signifie ici ‘hommes du Nord’. ‘Nordxon’ est formé de ‘Nord’ et de ‘xon’ pris du mot ‘saxon’. ‘Saxon’ vient d’anglo-saxon une autre appellation pour vieil anglais.

J’ai utilisé le prénom Knut, pour un des villageois de Podra, qui est par exemple le nom d’un important et puissant roi venant de Scandinavie, Knut le Grand. J’ai aussi voulu faire une petite référence au système politique scandinave du début du Moyen-Âge. J’ai mentionné le fait qu’il y avait pleins de petits ducs ou seigneurs ce qui fait référence aux jarls. Une autre référence à la Scandinavie dans le conte est Gatherla, une femme guerrière. Gatherla est en réalité Lagertha, j’ai seulement mélangé les lettres. Nous pouvons retrouver ce personnage dans Gesta Danorum4 ainsi que dans La Saga de Ragnarr Loðbrók. Enfin, il y a le prénom scandinave Gunhild. C’est aussi le prénom d’une reine, Gunhild Kongemor, que nous pouvons retrouver dans plusieurs sagas comme Fagrskinna5, Egils saga6, Njáls saga7ainsi que dans la Heimskringla8.

Les références et éléments que nous venons de voir, comme les prénoms ou la description du paysage, qui peuvent être stéréotypés pour certains, ont été utilisés pour amener le lecteur à franchir la barrière qui a été déposée par l’usage de l’implicite et comprendre quelle histoire est réellement racontée : celle d’une jeune femme partant en bateau d’Angleterre vers l’Est. Elle va arriver en Norvège et va vivre plusieurs péripéties. C’est donc aussi avec ces petites références et jeux de mots que j’ai articulés le parallèle et l’opposition dans le conte, avec l’histoire des voyages vikings vers l’Angleterre.

Norton, William Edward. Sailing Ship-off Coast of Maine. 1876. Huile sur toile, 25 x 40.9cm. Washington, D.C : Smithsonian American Art Museum.

Folklore et éléments de contes scandinaves

Pour promouvoir la culture scandinave, j’ai incorporé de nombreux éléments de son folklore et éléments de contes scandinaves.

En effet, nous pouvons directement noter le titre du conte ‘La saga d’Æthelswith’. ‘Saga’ est un genre littéraire faisant partie intégrante de la culture nordique. Les sagas font parties de la littérature médiévale scandinave et islandaise. Elles sont en prose. Elles étaient longtemps transmises oralement mais avec la chrétienté et l’arrivée de l’écriture en lettres latines elles ont pu être couchées sur papier et préservées à l’écrit dès le XIIème siècle9. Nous trouvons aussi dans le conte la mention de nombreuses créatures folkloriques10 : « des serpents géants, des trolls, des elfes, des nisses » mais aussi le « Kraken » et « Margygr ». Le serpent géant scandinave le plus connu fait partie de la mythologie, c’est Jörmungand. Les trolls sont parfois assimilés à des géants ou aux Jötunns. Dans les contes scandinaves, ils sont souvent en montagnes, dans les forêts voire près de la mer. Comme nous le verrons, ils sont dangereux et aiment capturer les humains, notamment les jeunes filles. Les elfes sont des petits êtres sveltes aux oreilles pointues avec des pouvoirs magiques. Les nisses, aussi appelés tomtes, sont similaires aux lutins. Ce sont des créatures humanoïdes très petites. Ils sont amicaux et vivent avec les humains. Le kraken est un monstre marin tentaculaire décrit quelques fois comme un poulpe géant. Il attaque les navires et les fait chavirer. Margygr ou la géante des mers est une sirène, peut être un signe de bon ou mauvais présage en mer selon son comportement.

J’ai aussi choisi d’incorporer des péripéties et éléments récurrents des contes scandinaves. Nous avons la capture d’un personnage féminin par des trolls pour en faire leur princesse ou femme. Dans le conte, cela se passe deux fois. Une fois c’est Æthelswith qui se fait capturer et la seconde fois c’est Gunhild. Ensuite nous pouvons rencontrer le personnage Askeladden. C’est un personnage fréquent dans les contes scandinaves11. J’ai d’ailleurs choisi de mentionner qu’il pouvait sembler être dans son monde et aimait jouer avec la cendre d’un feu, ce qu’il fait souvent dans les contes scandinaves. Le château Soria Moria est présent dans l’histoire12. C’est un château fictif que nous pouvons rencontrer dans de nombreux contes nordiques. Enfin, j’ai ajouté dans mes références une ballade, « Les conseils du vieillard » qui est une traduction française d’une ballade suédoise de Arwidsson III. Nous pouvons retrouver la version française dans le livre Folkeviser de Régis Boyer à la page 79. Les ballades sont une forme de poésie lyrique médiévale populaire en Scandinavie que nous retrouvons aussi en France. Ce sont des paroles déclamées par une personne. Elles ont une forme similaire aux poèmes scaldiques et paroles déclamées qui sont parsemés dans les sagas, tous en vers. La ballade utilisée se retrouve ainsi dans le conte inclue dans le corps du texte comme les deux formes littéraires citées précédemment.

Kittelsen, Theodor. Der lå Soria Moria slott. 1900. Huile sur toile, 46 x 69cm. Oslo : Nasjonalmuseet for kunst13.

Ce conte a pour objectif, comme dit précédemment, de promouvoir et partager la culture scandinave. Il transmet une partie du folklore scandinave tout en formant un renversement et un parallèle avec l’histoire que nous pouvons souvent rencontrer, celle des vikings qui traversent la mer pour se rendre en Angleterre. De plus, le conte ne transmet pas cette culture de façon préjudiciable. Les éléments scandinaves ne sont pas présentés de manière péjorative. Il n’est, par exemple, pas utilisé de mots similaires à ‘barbares’ pour qualifier les scandinaves. Enfin, tout cela est fait, comme nous l’avons vu, à l’aide de références sans explicitement mentionner la Scandinavie ou l’Angleterre. Ce côté implicite est utilisé pour rester dans l’imaginaire et la fiction.

Le Moyen-Âge comme cadre temporel

L’histoire se passe dans un Moyen-Âge fictif comme plusieurs éléments le suggèrent. La formule « Il était une fois » présente au début du texte est un premier indicateur qu’il s’agit d’un conte. Indice qui est renforcé par le fait qu’il y a une princesse qui vit dans un château. Les personnages se déplacent toujours à pied ou avec un bateau. Nous mentionnons aussi les jarls, personnages politiques au Moyen-Âge. De plus, le Moyen-Âge est surtout évoqué, dans ce conte, à l’aide de la magie et des créatures fantastiques et magiques qui sont présentes dans d’autres histoires qui se déroulent au Moyen-Âge.

J’ai placé le cadre temporel du conte au Moyen-Âge puisque premièrement les contes se déroulent très souvent dans un environnement évoquant certaines caractéristiques médiévales. De plus, je voulais inclure une partie du folklore scandinave qui, ici, est surtout formé de créatures fantastiques. Le folklore peut se trouvé rattaché au Moyen-Âge car il y est souvent construit. Le fantastique et la magie y sont aussi souvent rattachés. Les croyances étranges et surnaturelles sont couramment reliées aux temps anciens et au Moyen-Âge14. Enfin, la raison principale pour ce cadre temporel est que je voulais faire un parallèle et une opposition à l’histoire des voyages vikings. Ces voyages ont eu lieu de la fin du VIIIe jusqu’à la fin du XIe siècle. Æthelswith veut partir à l’Est pour découvrir ce qui s’y cache. Si l’histoire se déroulait par exemple durant l’époque contemporaine, la raison de son départ ne ferait plus tellement sens puisque nous savons tous ce qui est à l’Est de l’Angleterre.

J’espère que cette saga vous aura donné envie d’en apprendre plus sur le folklore scandinave, les sagas et même l’abondante littérature nordique et dépasser certains clichés !

Cassandra ADAM



Citer ce billet
adamc (2023, 23 juin). Explication du conte La Saga d’Æthelswith. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyp

  1. PASE. Æthelswith 1 (Female)». https://pase.ac.uk/jsp/DisplayPerson.jsp?personKey=2134. []
  2. PASE. « Osthryth 1 (Female) ». https://pase.ac.uk/jsp/DisplayPerson.jsp?personKey=1739. []
  3. Universalis « Édouard l’Ancien ». https://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-l-ancien/. []
  4. Grammaticus, Saxo. Geste des Danois. Traduit par Jean-Pierre Troadec. Paris: Gallimard, 1995. []
  5. Finlay, Alison, trad. Fargrskinna : A Catalogue of the Kings of Norway. Boston: Brill Academic Publishers, 2004. []
  6. Tulinius, Torfi H. Saga d’Egil. Paris: le Livre de poche, 2021. []
  7. Chinottie, Gérard. La saga de Njáll le Brûlé. Québec: Presses de l’Université Laval, 2010. []
  8. Sturluson, Snorri. Histoire des rois de Norvège. Première partie. Traduit par François-Xavier Dillmann. Paris: Gallimard, 2000. []
  9. Pálsson, Hermann. « Saga ». Britanicca. https://www.britannica.com/art/saga. []
  10. Pour aller plus loin : Egerkrans, Johan. Vaesen: Spirits and Monsters of Scandinavian Folklore. Traduit par Susan Beard. Stockholm : B. Walström, 2017. []
  11. Parfois décrit comme l’équivalent masculin de Cendrillon sur certains points, nous pouvons le retrouver dans Norske Folkeeventyr ou les Contes populaires norvégiens de Peter Christen Asbjørnsen et Jørgen Moe []
  12. Contrairement à Rome, aucune route ne mène à ce château. Il est aussi présent dans Norske Folkeeventyr []
  13. Vous pouvez retrouvez d’autres informations sur ce tableau à cette page : https://www.nasjonalmuseet.no/en/collection/object/NG.M.00551 []
  14. Comme le présente l’article suivant : https://www.echosciences-grenoble.fr/articles/un-moyen-age-fantasme-dans-la-fantasy-contemporaine []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search