Un Erasmus à Aarhus en 2022

Je m’appelle Elisa, et je suis en 3ème année LLCER scandinave néerlandais. J’ai 22 ans et je suis revenue en janvier 2023 d’un Erasmus au Danemark où j’ai passé 4 mois.

Un petit tour magique à Copenhague

Je suis arrivée mi-août par les airs, le cœur battant d’excitation, et j’ai passé 3 jours à Copenhague, visitant les monuments les plus importants, faisant tous les musées les plus intéressants (sauf le musée juif, malheureusement fermé). Je suis passée dire bonjour à la petite sirène, je me suis prise pour la reine Margrethe sur la place Amalienborg, j’ai été voir la Marmorkirken, et tant d’autres choses. J’ai passé 3 jours à jouer la touriste à Christianshavn, Christiania, Norrebro etc. J’étais comme Andersen et la princesse Mary au pays des gens heureux. Ensuite, je suis partie en train à Aarhus.

L’installation à Aarhus

Photo personnelle

L’installation était plutôt compliquée, j’ai eu une amende (note à tous les Erasmus: pensez à vous renseigner comment recharger vos cartes de transport ;)), je n’avais pas de meubles dans ma chambre, et la première nuit s’est faite dans une auberge de jeunesse où j’ai rencontré une autre étudiante Erasmus allemande. Une fête, quelques cours, des tours de ville, quelques musées et 16 colocs plus tard, me voilà me intégrée dans ma nouvelle vie danoise, avec un petit groupe d’amies, dont une camarade de ma licence, Mallaury (ça sert bien de partir en mission à deux, lorsqu’on est un peu perdues au début dans la ville et dans la fac).

Des amis internationaux et des excursions

Certains étudiants erasmus préfèrent connaître énormément de nouvelles personnes, moi mon objectif était plutôt de m’ancrer dans la culture, et sachant que je ne restais que 15 semaines, j’ai préféré avoir un petit groupe de personnes avec qui j’ai fait toutes mes sorties mais qui resteront des amis pendant longtemps: un couple de bulgares, une autrichienne, un roumain, une japonaise, et nous voilà partis en excursion: Odense, Skagen, Malmö, Moesgaard… certains weekends étaient sportifs. Cela contrastait avec le calme des 8 heures de cours par semaine… J’ai eu énormément de temps pour moi. J’ai pu lire pas mal, et apprendre à cuisiner. Parfois même avoir autant de temps pour soi peut être ennuyant et un peu déprimant quand on est loin de ses proches (je n’aurais jamais cru dire ça d’Erasmus et pourtant) Avec Mallaury, nous avons aussi fait des randonnées, des petites excursions vers des lacs, parcs de daims et biches et des plages autour de la ville.

Photo personnelle

A l’église

Ce dont je suis le plus heureuse, c’est d’avoir pu m’intégrer à la culture danoise d’une autre manière : aller à l’église. J’ai intégré une petite église avec beaucoup de jeunes, et nous avons pu pas mal partager nos vies, difficultés et foi en danois. J’ai même été invitée et fait des activités avec des jeunes locaux. Au début, prier et chanter en danois était déstabilisant et il y avait certains prêches qui étaient durs à comprendre. Mais à la fin, je comprenais une grande partie des prêches et j’arrivais à prier en danois!

Un système scolaire et académique différent

Ce qui m’a le plus déstabilisée est le système scolaire et académique danois. Comme en Allemagne, il est très centré sur une certaine manière d’aborder la recherche et la méthode scientifique. C’est dur de comprendre ce que les professeurs attendent de nous, surtout en anglais. Et d’apprécier de faire un travail si différent du système de la fac française. Les cours sont en fait des discussions sur des textes théoriques lus et les dossiers de fin de semestre sont des minis travaux de recherche, ce à quoi je n’étais pas forcément habituée, n’ayant pas encore eu les cours de autour du mémoire de licence à Strasbourg.

C’était une formidable expérience, et on ressort grandi de toutes les expériences, qui valent la beauté à couper le souffle des paysages et la tranquillité de la vie quotidienne danoise.

Elisa CLOLOT



Citer ce billet
eclolot (2023, 14 juillet). Un Erasmus à Aarhus en 2022. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdys

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search