Sous les poèmes, le Danemark et les enfants

Dans le cadre de notre projet culturel de 3ème année de licence, nous cherchons à promouvoir la culture scandinave au travers d’un atelier de création artistique. Nous avons pour objectif de mettre en avant différents aspects culturels scandinaves ainsi que leurs références, des éléments historiques ainsi que des artistes nordiques, tout en jouant sur les mythèmes.

Dans cet objectif nous, Cassandra ADAM, Elisa CLOLOT et Simon EVRARD, avons chacun publié une production personnelle. Nous offrons au lecteur une explication détaillée de notre travail qui consiste à renseigner le lecteur sur les différentes références utilisées ainsi qu’à mettre en avant des éléments culturels nordiques choisis, dans le but de l’intéresser à découvrir le Nord dans son aspect artistique. N’hésitez pas à découvrir l’explication de texte de Cassandra sur son conte et la mise en avant de la vie et l’oeuvre d’un peintre danois par Simon.

Det er en yndigt land : explications

Ce texte “Det er en yndigt land” que j’ai écrit est une réflexion sur l’éducation des enfants danois, traversant différentes périodes de vie, donc à différents âges, et s’interrogeant sur ce qui dans cette éducation,  encourage les enfants à être ce qu’ils sont, et par extension comment l’éducation danoise façonne la société. C’est une réflexion sur les attentes des adultes sur leur progéniture et de l’image de soi de la société danoise contemporaine et les valeurs qu’elle utilise pour se définir. Ce texte a été inspiré d’une interview faite pour un dossier pour l’université d’Aarhus, et de que j’ai pu observer personnellement de l’éducation danoise.

L’hymne danois

Det er et yndigt land est l’hymne national danois, écrit par Adam Gottlob Oehlenschläger en 1819 , et la mélodie1 a été composée par Hans Ernst Krøyer en 1835. J’ai choisi de faire référence à ce chant en commençant mon poème par sa première phrase, parce que c’est un chant que tout le monde connaît, que chaque petit danois a appris à l’école, qu’ils chantent à chaque grande compétition sportive ou événement national. Hanne Rikke Andreassen l’évoque dans son livre Det er et yndigt land : medier, minoriteter og danskhed2. C’est un facteur d’unité danoise, et un chant qui réunit apparemment toute la population autour de lui, de la même manière que la famille royale ou le drapeau rouge à la croix blanche, le Dannebrog.

Laisser les bébés dormir dehors : pourquoi ?

Le fait que les bébés dorment souvent dehors au Danemark, comme je l’écris au début de mon poème, est aussi quelque chose qui frappe les étrangers, et c’est une différence culturelle qui est souvent évoquée. En effet, c’est souvent associé, sur le ton de l’humour, aux racines vikings des bébés. Sébastien Desurmont l’explique dans son article : Pourquoi les bébés nordiques font-ils la sieste dehors ? ((https://www.geo.fr/voyage/pourquoi-les-bebes-nordiques-font-ils-la-sieste-dehors-208221)) Peut être est-ce dû au fait que le Danemark a un taux de criminalité faible ? Ou bien que l’éducation des danois les pousserait à se faire mutuellement confiance? Une des explications avancées pour expliquer ce phénomène est que le rapport des danois à la société serait basé sur un sentiment très fort d’appartenance à la communauté, une adhésion à ce que certains appellent le contrat social, où la responsabilité de chacun est développée, de telle sorte qu’un bébé ne pourrait pas être volé sans aucune réaction de la part des autres et qu’il ne viendrait pas à l’idée de voler un bébé, à cause justement d’une éducation morale jugée particulièrement poussée dans les sociétés nordiques, basée à la fois sur le respect d’autrui, et la morale protestante entre autres. Cette hypothèse reste à nuancer mais cela n’empêche qu’il y a effectivement des landaus devant les cafés danois, même l’hiver. 

Le Danemark, en tant que pays nordique, est réputé à la pointe des avancées sociales, et ceci pour plusieurs raisons avancées ici à titre personnel comme des pistes de réflexions ou des facteurs parmi d’autres : l’éducation, le protestantisme, l’histoire, la taille et l’homogénéité de la population ainsi que peut-être une humilité dans la perception nationale, qui les rend ouverts aux discours d’égalité de chacun devant la loi et peut être même devant Dieu pour les plus religieux d’entre eux. En tout cas sur le plan de l’égalité homme-femme, il est souvent dit que le Danemark est parmi les mieux classés en Europe.3

Une vie communautaire : la base de la société danoise ?

De ce que j’ai compris, depuis leur plus jeune âge, à l’école notamment, les enfants danois apprennent à vivre en communauté, ils ont des cours de relations aux autres, des ateliers pour apprendre à se comporter d’une façon socialement adaptée. Dans leurs programmes scolaires, et les discours des professeurs en classe ou lors de résolutions de conflits, on trouverait donc une attention accrue à la préservation de l’intégrité de chacun, et au développement de l’empathie. En effet, cela va de mon point de vue de pair avec la religion, et mon interprétation protestante où chacun est appelé à lire la Bible, à avoir une conscience propre devant Dieu ainsi qu’une relation personnelle avec Lui. Comme chacun serait vu comme responsable de lui-même, de la société et des autres, comme chacun apprendrait très tôt qu’il a une place dans la société et donc un rôle à jouer, cette conscience vis-à-vis de Dieu est reportée sur autrui.

Photo by Ann Kravtsova from Pexels: https://www.pexels.com/photo/a-little-girl-with-a-colorful-kite-running-in-the-forest-16208520/

Si on suit ma pensée, autrui deviendrait alors notre égal, en tant que fils de Dieu, et acteur au même titre que nous, dans la société, la classe, l’entreprise ou la famille. Cela pourrait être une hypothèse pour mieux comprendre pourquoi par exemple, chacun se tutoie, et s’appelle par son prénom. Vouvoyer et rappeler le titre de quelqu’un est parfois vu comme une impolitesse et cela serait à cause d’une distance qui se créée et qui est vue comme une marque d’hostilité. Et c’est ce discours que j’ai voulu présenter dans mon écrit, bien que consciente qu’il ne s’applique plus forcément à la société contemporaine danoise, mais plutôt qu’il en pourrait être les bases comportementales. Depuis les années 2000, la société nordique et notamment son rapport à la religion protestante a beaucoup changé, pour plusieurs raisons, et tend à nuancer très fortement ce que j’avance dans cette partie. 

C’est selon moi finalement ce que le peuple danois se rappelle lorsqu’ils sortent les drapeaux nationaux, les dannebrog : l’appartenance à une communauté d’hommes égaux, libres et l’adhésion à des mêmes principes afin que les libertés de chacun soient garanties et ceci pourrait expliquer la popularité de cet emblème.

La question de l’éducation : une leçon protestante ?

Ce processus d’apprentissage tout au long de la vie, afin d’acquérir de nouvelles techniques et s’améliorer, se développer en tant qu’humain et dans nos activités, c’est une idée protestante que je lie avec la théologie de la sanctification qui découle de la relation personnelle avec Dieu prêchée par les réformés. Mais Roberte Langlois, dans son livre sur les précurseurs de l’oralité scolaire en Europe, nous propose un portrait plus détaillé et complexe du fondateur de cette idée, NFS Grundtvig et de sa pensée.4

C’est en effet NFS Grundtvig, qui d’ailleurs était pasteur, qui concrétise cette idée dans un système d’écoles pour adultes, les Folkeskole.5 Le lien entre l’Église protestante et le Danemark est très fort, dans un pays où la majorité de la population est encore officiellement attachée à l’Église, où l’Église était encore nationale il y a quelques années, et où la reine est la cheffe de l’Église.

Cependant, du rapprochement à l’évangile que l’Église protestante prône, naîtrait une certaine liberté, celle qui pourrait se retrouver – pour continuer mon parallèle – dans le combat de Jésus contre la religiosité, la bigoterie et les traditions, d’où la distance que Luther prend avec la liturgie catholique. Et cette liberté se retrouverait au Danemark, où il est bon de se conformer à certaines règles sociales (cf la réflexion littéraire d’Axel Sandemose Janteloven ((Pour lire cette loi de Jante, Wikipedia en donne une version et pour comprendre les liens avec les sociétés scandinaves voir : Marc Auchet, « La « Loi de Jante » et l’imaginaire social scandinave », Nordiques, no 4, 2004, p. 45-63)) ), mais aussi de ne pas oppresser autrui et de se reconnaître humblement comme son égal et non comme supérieur.

Les enfants de Norden : explications

Le poème “Les enfants du Norden” parle premièrement des préjugés (l’image d’un oasis où tout est parfait et les gens vivent heureux, l’économie fonctionne bien et les sociétés sont efficaces) que nous avons généralement du Nord au travers d’une réécriture parodique qui reprend le motif biblique du pays promis. En parallèle, il interroge les différences culturelles entre le sud, réputé social, ouvert, pétris d’émotions et de chaleur humaine, et le nord réputé très protestant, sage, froid et discret. Une troisième lecture pourrait proposer une piste d’interprétation religieuse, opposant une foi “sage” et une foi animée par le Saint Esprit, et une réflexion théologique sur le pays promis (le bonheur par la foi), le succès, la sagesse et la folie de la prise de risque.

Le pays promis : géographie

La première image que j’ai utilisée pour le pays promis, c’est le miel. En effet, le pays promis de la Bible est un pays économiquement prospère, où coulent “le miel et le lait”, ce qui est aussi un symbole d’une vie de douceur. Je l’ai mis en parallèle avec la pêche au hareng, activité économique déjà plus représentative du nord, et sur laquelle le Danemark s’est longtemps appuyée, et aussi une activité plus laborieuse. En effet, les conditions météos et psychologiques d’une vie en mer pour la pêche sont loin d’être la facilité de la vie de la terre promise dans la Bible. Une vie de labeur, de dur travail qui cependant nourrit les enfants.

Photo by Matteo Badini from Pexels: https://www.pexels.com/photo/sand-covered-church-in-skagen-denmark-9365616/ (Skagen, DK)

Pour comparer avec l’image de la traversée biblique du désert par les israélites à la sortie d’Égypte, qui les mènera jusqu’au pays de Canaan, j’ai repris l’image de la neige, de l’hiver, à cause des similitudes des deux conditions dures et extrêmes, afin d’emmener le lecteur à commencer à se demander si les deux pays de Canaan et du Danemark ne seraient pas finalement semblables et comparables. Ainsi donc, on peut aller plus loin dans la réflexion et commencer à voir le Danemark comme un autre type de pays promis, non pas moins béni et rempli de possibilités.

Le pays promis : organisation sociale

Dans la deuxième strophe, l’emphase est mise sur une des qualités des pays nordiques dans l’imaginaire collectif : la cohésion sociale, attribuée au tempérament calme et sage des nordiques, par contraste avec la sanguinité des peuples sudistes réputés instables. Ceci est lié avec la proximité du danois avec les autres langues scandinaves : le suédois et le norvégien, qui leur permettent de s’entendre et se comprendre, et avoir également une cohésion même entre eux. On ne retrouve pas l’équivalent du conseil nordique dans le sud de l’Europe entre l’Italie, l’Espagne et le Portugal par exemple. Dans la Bible, la question linguistique est également liée à l’entente entre les peuples, et est traitée dans le mythe de la tour de Babel, tour construite par orgueil par les humains, que Dieu décide de punir en leur donnant en une nuit chacun une langue différente pour les empêcher de se comprendre et de mener à bien leur projet en plus de se disputer. Je continue l’analogie en faisant référence aux nombreux ponts construits entre les différentes îles dans les pays nord européens, ainsi que l’épisode de la Mer séparée en deux, qui permet au peuple hébraïque de se séparer de l’Égypte. Ainsi donc, je renverse l’histoire biblique pour mettre en lumière l’ingéniosité du nord.

Entre réalité et fiction : une réflexion

Par ces liens, je place les pays nordiques au dessus des pays du Sud, afin d’emmener le lecteur à revoir sa vision d’égalité entre les deux cultures, introduite avant, en insistant sur les clichés des qualités du Danemark. La métaphore dans mon texte est alors filée par la réference biblique du renvoi à la bénédiction que Joseph, le fils d’Isaac, a été pour le commerce Égyptien et pour son peuple lors d’une famine en parallèle des bases protestantes pour ce qu’on pourrait appeler une vision capitaliste et libérale du commerce, qui trouve aussi ses fondements dans une certaine théologie et rhétorique protestantes qui ont vu le jour aux Pays-Bas au XVIIIème siècle et que l’on pourrait relier à la Scandinavie également, si l’on s’appuie pour ce lien socio-économique sur Die protestantische Ethik und der Geist des Kapitalismus, de Max Weber.

Mais je conclue cette réflexion sur les différences culturelles par une critique sur la froideur de la morale et la sagesse qui seraient propres au protestantisme et au Nord, selon les clichés, par rapport à la culture du Sud et au catholicisme. J’ai également introduit une dernière petite référence religieuse sur la foi, par laquelle les Chrétiens sont sauvés, selon moi à la différence des Juifs, et par laquelle Abraham, en tant que figure archétypale du chrétien, a reçu le pays promis par la promesse de Dieu et par sa confiance.

Ces deux poèmes ont pu introduire certaines images associées au Danemark : la confiance, la stabilité, l’éducation, la morale élevée… que nous avons tenté d’expliquer et de lier avec le protestantisme, mais aussi les unes avec les autres. La liste n’est pas exhaustive mais j’espère qu’ils vous ont donné envie d’aller vous-même l’agrandir, l’approfondir et vérifier sur place si l’image que j’ai donné du Danemark vous semble adaptée à la société contemporaine.

Elisa Clolot



Citer ce billet
eclolot (2023, 18 juin). Sous les poèmes, le Danemark et les enfants. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyo

  1. Pour l’écouter : https://www.youtube.com/watch?v=oSwV-DJivQU []
  2. Andreassen, 2019, Tiderne Skifter []
  3. Voir quelques chiffres comparatifs sur cette page : https://eige.europa.eu/gender-equality-index/2022/DK, consulté le 26 mai 2023 []
  4. https://books.openedition.org/purh/5806, consulté le 26 mai 2023 []
  5. Pour en savoir plus sur NFS Grundtvig (en danois) https://danmarkshistorien.dk/vis/materiale/nicolai-frederik-severin-grundtvig-1783-1872 consulté le 26 mai 2023 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search