Sagas islandaises : Quel support pour les synthétiser ? [Obsidian 1]

L’article qui suit fait partie d’une série de travaux visant à présenter et mettre en œuvre des logiciels pour tenter de synthétiser une ou plusieurs sagas islandaises, et ainsi rendre leur analyse plus aisée. Cette première partie se penche sur le cas de l’application de bureau Obsidian pour schématiser les données de la saga islandaise d’Eirikr le Rouge.

Image de couverture de l’article, mettant en parallèle la première page écrite de la Saga d’Eirikr le Rouge et le logo du logiciel Obsidian, avec pour fond l’interface de l’application

L’enjeu que pose l’étude des sagas islandaises

Les sagas islandaises, trésor culturel de l’Islande de l’aube du second millénaire de notre ère, constituent de manière récurrente une base fondamentale à la recherche historique et littéraire de cette époque majeure des pays nordiques, notamment européens. Les sagas du Vinland, constituées des saga d’Eirikr le Rouge et celle des Groenlandais, représenteraient particulièrement cette richesse de savoirs. Elles créent à elles seules une passerelle temporelle de la colonisation de l’Islande en 870 jusqu’à la christianisation du Groenland après l’an 1000, en passant par la découverte et l’exploration du Vinland, terre mythique d’un autre continent1.

A la lecture on se rend vite compte que, dans ces textes datant de plus de mille ans, la structure et l’approche d’un récit d’une telle ampleur soit bien différente de celles qui seraient choisies aujourd’hui. Alors, outre la traduction, l’organisation de toutes les données qu’il est possible d’en tirer offre le défi de tenter d’en classer le plus possible dans un système organisé, et surtout, accessible.

Cette recherche se penche alors sur des données de natures géographique, historique, géopolitique, culturelle, linguistique et généalogique. Cependant, la fluctuation dans le style d’écriture, les sources et changements d’auteurs entre chaque saga souligne avec évidence la difficulté d’un tel travail. Il faut alors tenter d’établir un schéma uniforme capable d’analyser, comparer et créer des liens entre chaque saga pour en trouver les différences, similarités, et tirer des conclusions sur leur apport culturel ou même leur véracité historique.

Pour ce faire, la première étape de cette recherche a été de définir le support qui pourrait créer un complexe de données qui remplirait le plus grand nombre de ces critères. Plusieurs ont été testés et évalués pour être retenus ou bien abandonnés. L’objet de cet article et des suivants sera alors de présenter ces solutions à la problématique, puis de les mettre en pratique.

Pour cette étude, nous prenons l’exemple et le cas de la saga d’Eirikr le Rouge. Elle sera décomposée pour proposer une manière parmi d’autres de schématiser une saga islandaise, dans l’optique de pouvoir globaliser ce schéma à toute saga rencontrée.

Cette partie se penche alors sur la collecte de ces données et leur inscription sur le premier support présenté : Obsidian. L’article suivant constituera la mise en pratique de la base de données qui sera alors créée, avec la démonstration du plug-in Dataview.

Présentation d’Obsidian

Obsidian2 est une application de bureau spécialisée dans la prise de notes organisée. Son fonctionnement particulier offre une certaine liberté dans le tri des données et la mise en page de celles-ci. Obsidian se base sur un système de notes nommées fichiers Markdown, et chaque page créée est en fait un fichier sur le système (ordinateur, téléphone…). Ceux-ci deviennent ensuite une page unique à remplir de façon totalement libre sur l’application.3

La possibilité d’ajouter des plug-ins créés par la communauté rend l’utilisation d’Obsidian d’autant plus souple pour traiter la recherche. C’est par ailleurs ce trait propre au logiciel qui en fait l’un des plus adaptés à la compilation des différents aspects d’une saga. Il devient alors possible d’intégrer dans chaque page une diversité primordiale pour cette recherche de données de natures différentes.

Pour une introduction au logiciel plus approfondie, regarder cette vidéo par Eliott Meunier, et pour une bonne mise en place de l’interface de travail, ce tutoriel du site Cerveau Numérique. Il existe également un webinaire très complet sur la prise en main du logiciel, réalisé par Pascal Martinolli de l’Université de Montréal4.

Tirer profit des plug-ins d’Obsidian et structurer le système de donnée

La collecte des nombreuses données que nous présentent les sagas islandaises fut un travail de plusieurs mois. Alors, avant tout remplissage de pages de lieux ou de personnages, il a été nécessaire de planifier celles-ci. Avec l’aide de la structure basique de hiérarchisation des paragraphes, avec l’application d’un ou plusieurs signes “#”, et le plug-in Mind-Map5, il a été possible de créer directement dans le logiciel un plan complet du système de données en indiquant uniquement le titre des fichiers avant même qu’ils ne soient créés manuellement.

A noter que, propre au fonctionnement d’Obsidian, chaque expression placée entre deux paires de crochets, tel que :

[[nom de la page]]

devient un hyperlien vers la page indiquée entre les crochets. Cela permet, avant même de créer et organiser les pages dans les dossiers, de les lister et faire une estimation de l’ampleur de leur nombre, et comment ensuite les grouper en dossiers pour simplifier la structure du Vault6 et donc du système de données.

Cela permet également, comme il est possible de voir dans la figure (a), de créer préalablement des tags, une autre forme d’organisation rendant la navigation dans le Vault d’autant plus simple et intuitive.

Pour voir une présentation du plug-in Mind Map, incluant comment l’ajouter au Vault et comment l’afficher, voir cette courte vidéo en anglais de Jason Edward. Pour une familiarisation plus approfondie, cette vidéo de Le Mindmappeur sur YouTube, introduisant également comment améliorer une carte mentale avec le plug-in Enhancing Mindmap7.

L’inscription des données et les différents types de pages

Lorsque ce travail est réalisé, il s’agit de créer chaque page en cliquant simplement sur les hyperliens créés plus tôt. Cela permet alors de mettre en place les nombreux fichiers en peu de temps, et en évitant le plus possible les erreurs. Une fois fait, les plug-ins sont choisis pour remplir de façon la plus pertinente les fiches présentées juste ensuite.

Les fiches des personnages

Après nombreuses expérimentations pour déterminer la meilleure présentation de toutes les données assignées à chaque personnage, celle montrée ci-contre a montré le plus d’avantages, séparant par parties les différents types d’information. La fiche classique d’un personnage est donc divisée en trois parties : la préface, les données géographiques et généalogiques et les informations supplémentaires.

Préface

Préface de la fiche personnage d’Eirikr le Rouge

Chaque fiche commence avec des informations permettant de la classifier parmi les autres, avec, entre la paire de trois tirets, les données de fond, ou Frontmatter. Celles-ci regroupent les différents noms du même personnage qu’Obsidian pourra lier à la page, puis différentes données comme la saga d’apparition, la famille, le genre ou encore la religion qu’il suit. Celles-ci pourront être ensuite traitées par le plug-in Dataview, présenté et mis en œuvre dans la deuxième partie de ce travail de recherche.

Ceci est suivi par de nombreux tags offrant une autre manière de regrouper et comparer les fichiers.

Données géographiques et généalogiques

Capture d’écran de la seconde partie de la fiche personnage d’Eirikr le Rouge

Puis, les informations géographiques sont listées sous un titre, liant les pages des personnages à celles des lieux qu’ils visitent dans la saga qui se déroule dans de nombreux lieux importants comme la Norvège, l’Islande, le Groenland et le Vinland, l’Amérique.

Les informations généalogiques présentent une particularité qui leur est propre. En effet, pour correspondre aux différentes natures des relations entre les personnages, il a été nécessaire d’établir un moyen de différencier les liens entre les fichier Markdown. Alors, bien que listées de la même façon que la géographie, la formule :

nature de la relation:: [[page d'un autre personnage]]

est pourtant reconnue par le plug-in de communauté Excalibrain8, publié par Zsolt Viczian. Celui-ci permet de créer automatiquement, à l’aide d’une commande, une page généalogique directement liée à celle du personnage en question.

Cette commande est d’ailleurs ici sous la forme d’un bouton créé grâce aux plug-in Buttons9 de Sam Morrison, rendant la navigation entre les pages bien plus accessible.

Cette image montre la page que créée le plug-in Excalibrain à partir des informations inscrites sur la page d'origine. Celle-ci est placée au centre et en jaune, ici Erik le Rouge, et est entourée par les autres pages citées conformément à la nature de leur relation.
Capture d’écran de la page créée automatiquement par le plug-in Excalibrain. Si les parents et enfants sont bien placés par rapport au personnage central, toutes ses autres relations sont listées sur le côté.

Et si, comme vu ci-dessus, le résultat du plug-in peut être désordonné si le personnage présente un nombre élevé de relations, le plug-in annexe Excalidraw10 permet de manuellement réorganiser cette page pour un résultat bien plus intuitif, et aux nombreuses possibilités de structures pour afficher les données.

Cette seconde capture d'écran montre la même page cette fois réorganisée pour obtenir un résultat aéré et faisant sens, ce grâce aux outils offerts par le plug-in Excalidraw. Le nom d'Erik est toujours au centre, mais ici ses relations sont regroupées par leur nature, encadrées par un rectangle noir et titrées.
Image montrant un résultat pouvant être obtenu grâce au plug-in Excalidraw, permettant de déplacer les éléments, ajouter du texte et des formes, voire importer des images.

Informations supplémentaires

Les fiches des personnages comme pour les lieux sont toutes complétées par diverses informations données dans les sagas où ils apparaissent. Pour Eirikr le Rouge, par exemple, ses métiers, son lieu d’habitation et ses colonies sont cités dans cette partie. De même, le nom de chaque personnage est expliqué avec sa décomposition, le sens des termes qui le constituent et sa signification générale.

Les fiches des lieux

Capture d'écran de la page dédiée au lieu Kialarnèsse, un cap se trouvant au Vinland. Celle-ci montre les nombreuses informations liées au lieu comme sa position dans le monde, son apparition dans différentes sagas et, comme pour les personnages, la signification de son nom en vieux islandais.
Image complète de la fiche du lieu Kjalarnes, choisie pour sa richesse en données de nature différentes

Les fiches correspondant aux lieux explorés par les personnages dans la saga suivent une structure similaire à celles des personnages, avec trois mêmes parties permettant d’organiser avec clarté les informations connues à leur sujet. Seule celle centrale sera montrée ici, la préface et les informations supplémentaires étant identiques à celles des personnages.

Données géographiques et de localisation

Une différence fondamentale entre les personnages cités et les lieux dans une saga est que chaque endroit décrit dans le récit pourrait en théorie être replacé dans la réalité.

En effet, si d’un côté l’île d’Islande est explorée de fond en comble par les personnages qui peuvent alors avec aisance décrire la position de lieux comme leurs colonies ou des communautés où se trouverait un Thing, la description de paysages découvert au Vinland offre une autre méthode de déterminer le parcours que les Scandinaves ont suivi le long de la côte américaine.

Ce travail majeur de recherche pour replacer les dizaines de lieux cités dans les sagas islandaises a toutefois déjà été réalisé par le chercheur E. Lethbridge et est disponible sur le site Icelandic Saga Map11. C’est cette ressource ouverte et accessible, avec d’un côté une carte et de l’autre le texte original de la saga étudiée, qui fut utilisée pour décrire la position de chaque lieu dans sa propre page Obsidian. Ceci complété par un résumé de l’apparition du lieu dans les sagas étudiées dans le Vault.

Pourtant les pages des lieux sont enrichies par deux boutons de commande du plug-in Buttons. Celui nommé “Mentions de ce lieu” traduit la commande permettant d’ouvrir la liste de toutes les mentions de cette page dans les autres du Vault, et le deuxième ouvre une commande vers la liste des cartes importées dans Obsidian.

Les fiches des cartes

Ces cartes qui sont directement importées dans le Vault permettent de contraster avec l’aspect encore très théorique et peu imagé des fiches des lieux et des personnages. Elles sont également preuve de la malléabilité du logiciel, et de toutes les possibilités permises par Excalidraw. Car, en effet, le bouton “Ouvrir la carte” des fiches des lieux ouvrent en fait la liste de toutes les pages du plug-in présentes dans le Vault, comme vu ci-dessous.

Image de la commande ouverte par le bouton “Ouvrir la Carte”, montrant la liste de tous les fichiers ouvrables par Excalidraw présents dans le Vault

Comme expliqué plus tôt dans la partie sur la généalogie des personnages, Excalidraw offre de nombreux outils de mise en page d’images, formes, textes et hyperliens vers d’autres pages. Ces outils sont visibles en haut de la capture d’écran en figure (a).

Alors, avec une image, des titres, des hyperliens et des formes, il est possible de créer directement dans le système de donnée des cartes navigables – c’est-à-dire que l’on peut placer les liens des fiches sur une carte pour y accéder directement. Cet outil permet donc de comprendre encore mieux ce qu’impliquent les sagas lorsque de nombreux lieux sont cités.

L’utilisation d’icônes comme la punaise pour indiquer les lieux rendent l’organisation encore plus simple, et différents niveaux de zooms permettent d’ajouter plus de précisions sans rendre la navigation plus confuse ou limitée.

Pour en apprendre plus sur comment Excalibrain et Excalidraw fonctionnent et peuvent être mis en place, voir cette vidéo en anglais de Nicole van der Hoeven.

Les fiches de lexique

Les libertés permises par Obsidian ont pourtant donné les moyens d’ajouter encore une autre couche de données, avec la création de pages permettant d’expliquer chaque nom propre appartenant à des lieux ou même à des personnages.

Sur le plan culturel, ce travail dut être l’un des plus enrichissants, car il permit d’expliquer et ajouter du contexte à quelque chose d’aussi anodin que des noms. D’un côté, car les prénoms islandais de cette époque sont chargés de sens et très souvent réutilisés, et de l’autre car la majorité des endroits sont nommés à partir d’une description géographique, sinon d’après le prénom de la personne l’ayant découvert (par exemple : Hrafnfjördr, signifiant Fjord du corbeau, ou Eiriksey, signifiant Île d’Eirikr).

L’exemple ci-dessus montre une façon de résumer ce lexique de façon la plus simple. Avec dans les données en fond les significations en français, vieux-norrois, islandais ou irlandais dépendant du terme, et un tag pour classifier la page, une simple définition est suivie par la référence de celle-ci.

Ici, le dictionnaire A Concise Dictionary of Old Icelandic de G. T. Zoëga (1910)12 permit de réunir les informations nécessaires pour le lexique.

Les fiches chronologiques

Capture d’écran d’une fiche créée pour résumer certains événements qui se passent durant l’an 1002

Quelques chapitres de la saga offre des informations sur la chronologie de l’histoire. Ces balises temporelles permettant de replacer le récit dans son contexte historique, il est alors fondamental d’établir une méthode pour reprendre les différentes apparition d’une chronologie au travers des sagas.

Les quelques mentions d’années où se passeraient des événements permettent ce résumer ceux-ci par saisons, en tirant également des informations à partir du contexte où ils se manifestent.

Les informations inscrites sur le frontmatter (données de fond) sont alors simplement une synthèse des événements plaçables sur la chronologie, suivies comme toujours par des tags, puis de la référence permettant de tirer des conclusions sur l’année indiquée.

Ce format pour la chronologie est épuré de toute mise en page, contrairement aux fiches présentées plus tôt. Ce choix s’explique par le peu d’information souvent écrites dans la dizaine de fichiers créés sur la temporalité de la saga d’Eirikr le Rouge.

De plus, ces fiches ne seront en fait pas visionnées directement tel que sur la capture d’écran ci-contre, mais constitue typiquement le type de fiches créées exclusivement pour être exploitées par Dataview.

Conclusion sur l’inscription des données

Avec cinq formats de page différents pour accueillir les nombreuses données de la saga d’Eirikr le Rouge, il est simple de remarquer la malléabilité d’Obsidian pour correspondre aux besoins de ses utilisateurs.

Alors même qu’ici les informations ne sont que simplement remises à plat, et non pas exploitées comme il sera vu dans la partie suivante, référencer les innombrables éléments de natures différentes paraît être maintenant une tâche bien plus simple à répéter à plus grande échelle.

Cette première partie se conclut alors sur différentes manières d’inscrire des données sur Obsidian pour créer son propre réseau. La suivante se concentrera alors sur le plug-in Dataview et les outils qu’il apporte pour exploiter, comparer et analyser ces nombreuses données.


Ce travail a été réalisé à l’occasion d’un travail pratique pour le cours “Moyen-Âge scandinave” de première année de la licence LLCER: scandinave de l’Université de Strasbourg. Il a été réalisé par Jolyne Mangeot en collaboration avec Enza Jamis, et supervisé par Thomas Mohnike, professeur en études scandinaves.

Cet article vous est présenté par Jolyne Mangeot sous la supervision de Raphaël Jamet, maître de conférences en études scandinaves à l’Université de Strasbourg.


Bibliographie, outils et références



Citer ce billet
Jolyne Mangeot (2023, 11 août). Sagas islandaises : Quel support pour les synthétiser ? [Obsidian 1]. Feuillets du Nord. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyw

  1. Pour aller plus loin sur les sagas et le Vinland : Régis, Boyer (décembre 2010). Note de l’éditeur. Dans Saga d’Eirikr le Rouge suivi de la Saga des Groenlandais. Collection Folio. Barcelone : Editions Gallimard. []
  2. Shida, L. et Erica, X. (DYNALIST INC.) (2020). Obsidian [application de bureau] (Version 1.0.3). Disponible sur Windows, MacOS, Linux, Android et IOS au lien suivant : https://obsidian.md/ []
  3. Ce logiciel s’inspire d’ailleurs du système Zettelkasten, notamment développé par Niklas Luhmann, mais qui a pour particularité de générer des visualisations variées contrairement par exemple à son équivalent tout aussi puissant Zettlr développé par Hendrik Erz. []
  4. Martinolli, P. (2022, 18 mai). Organiser sa prise de notes avec Obsidian (webinaire) [Vidéo, 1h01]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=VFpFbD4BXtc []
  5. Lynch, J. (2020). Obsidian Mind Map [Plug-in]. Disponible à https://github.com/lynchjames/obsidian-mind-map []
  6. Le Vault désigne ce qui regroupe l’ensemble des fichiers Markdown d’un système ouvrable par Obsidian []
  7. MarkMindCkm (2021). Obsidian Enhancing Mindmap [Plug-in]. Disponible à https://github.com/MarkMindCkm/obsidian-enhancing-mindmap []
  8. Viczian, Z. (2022). Obsidian Excalibrain [Plug-in]. Disponible à https://github.com/zsviczian/excalibrain []
  9. Morrison, S. (2021). Obsidian Buttons [Plug-in]. Disponible à https://github.com/MarkMindCkm/obsidian-enhancing-mindmap []
  10. Viczian, Z. (2021). Obsidian Excalidraw [Plug-in]. Disponible à https://github.com/zsviczian/obsidian-excalidraw-plugin []
  11. Lethbridge, E. (Directeur de projet). (2014, 2 septembre). Icelandic Saga Map [Site internet]. Disponible à http://sagamap.hi.is/is/ []
  12. Zoëga G. T. (1910) A Concise Dictionary of Old Icelandic. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci pour la citation vers mon site et pour cet article.
    C’est très plaisant de voir Obsidian utilisé à des fins de recherche universitaire et de cette manière.
    Je ne connaissais pas la saga d’Eirikr le Rouge mais cela a l’air passionnant et cela me donne envie d’en savoir plus.
    Utiliser des technologies récentes pour tenter d’adopter une nouvelle perspective sur des textes anciens est une superbe source d’inspiration.
    Bravo à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search