Un peintre danois : Peder Severin Krøyer

Photographie en noir et blanc de Peder Severin Krøyer peignant

Dans le cadre de notre projet culturel de 3ème année de licence, nous cherchons à promouvoir la culture scandinave au travers d’un atelier de création artistique. Nous avons pour objectif de mettre en avant différents aspects culturels scandinaves ainsi que leurs références, des éléments historiques ainsi que des artistes nordiques, tout en jouant sur les mythèmes.

Dans cet objectif nous, Cassandra ADAM, Elisa CLOLOT et Simon EVRARD, avons chacun publié une production personnelle. Nous offrons au lecteur une explication détaillée de notre travail qui consiste à renseigner le lecteur sur les différentes références utilisées ainsi qu’à mettre en avant des éléments culturels nordiques choisis, dans le but de l’intéresser à découvrir le Nord dans son aspect artistique. N’hésitez pas à découvrir l’explication de texte d’Elisa sur ses poèmes et celle de Cassandra sur son conte.

Je présenterai ici une biographie de Peder Severin Krøyer ainsi qu’une explication et analyse du poème Une Saison à la Plage, publié sur Feuillets du Nord.

Le poème Une Saison à la Plage, s’inspire du peintre Danois Peder Severin et plus particulièrement de son tableau “Sommeraften ved Skagen. Kunstnerens hustru med hund ved strandkanten”.

Peder Severin Krøyer, Sommeraften ved Skagen. Kunstnerens hustru med hund ved strandkanten,1892

L’objectif de ce poème est de mettre en avant l’artiste et son œuvre afin d’intéresser le public à découvrir par lui-même un des grands noms de la peinture danoise.

Biographie

Peder Severin Krøyer possède une histoire familiale compliquée. Il naît en 1851 en Norvège à Stavanger d’un père inconnu et d’une mère souffrant de troubles psychiques. Il grandit alors à Copenhague auprès de sa tante. Il étudie déjà, à l’âge de quatorze ans, à l’Académie danoise royale des arts où il est élève de Frederik Vermehren . Il en sortira diplômé à l’âge de 19 ans. Il appartient à cette époque de sa vie à au courant nationaliste romantique et participe aussi à la «Moderne Gennembrud», c’est-à-dire la Percée Moderne. C’est un mouvement qui émerge dans les années 1870 au Danemark, lancé par le critique littéraire Georges Brand et par le cycle de conférences qu’il donne à l’université de Copenhague notamment.1

De manière parallèle, à la même époque grâce au développement des réseaux de rails de trains les voyages sont facilités. Les artistes de l’époque partent alors à travers l’Europe et Krøyer n’échappe pas à la règle. Entre 1877 et 1881, il part en voyage d’étude en France, en Espagne et en Italie pour en ramener de nouvelles expressions artistiques et enrichir sa technique. 

Quelques peintures réalistes tirées de la collection du peintre

Ces voyages lui sont payés par Heinrich Hirschsprung, un riche négociant en tabac et grand collectionneur d’art qui se prend d’amitié pour P.S. Krøyer. Il arrive à Paris au mois de juin 1877. C’est une période importante à Paris puisque l’activité artistique y est forte : c’est le moment où se tient Le Salon . Cet événement rassemble de nombreux artistes différents et avec eux de nombreuses techniques de peintures différentes que P.S. Krøyer découvre. C’est notamment face aux œuvres des impressionnistes (en plein essor à ce moment) comme Claude Monet que P.S. Krøyer est le plus marqué. A cette époque, ces artistes sont radicalement différents de ce qu’il connaissait. Il devient alors élève dans l’atelier de Léon Bonnat et se convertit au naturalisme.

A partir de ce premier voyage, la carrière de P.S. Krøyer est influencée. Cette influence se remarque dans sa peinture qui ne représente plus des scènes historiques, mais le quotidien de travailleurs, d’ouvriers revenant du travail, de paysans, des pêcheurs, des forgerons, etc. 

Son identité de peintre se forge alors autour de ces nouveaux thèmes. De retour à Copenhague, il devient rapidement l’un des portraitistes les plus recherchés de l’époque et il reçoit de nombreuses commandes de tableaux. A la fin du XIXème siècle, un groupe d’artistes danois fonde la colonie d’art la plus influente du Danemark à Skagen, un petit village de pêcheurs se trouvant à l’extrémité nord du pays. C’est le lieu parfait pour peindre car il offre des scènes de natures ainsi que de nombreux modèles : des travailleurs et des pêcheurs. Lors de sa première installation à Skagen en 1882, Peder Severin Krøyer était déjà un peintre connu et établit comme il avait déjà exposé ses toiles dans de nombreuses expositions.

 « M. Peder Severin Krøyer jouit en France depuis bon nombre d’années de l’estime de tous les gens de goût. Ses intérieurs éclairés à la lampe, ses bords de grève, son Départ pour la pêche, en 1886, si étonnant, si merveilleux de poésie et d’audace dans sa réalité, ont été universellement admirés par nous. Il arrive souvent que ses envois font sensation au Salon et prennent place parmi les cinq ou six toiles les plus regardées. »

Charles Ponsonailhe (critique d’art), mai 1889

Il continue de voyager dans toute l’Europe, exposant à la Biennale de Venise, à Vienne, à Berlin, à Budapest… Il produit beaucoup : des petits tableaux, qu’il offre, des plus grands, pour le marché, de très grands pour les expositions. Il reviendra ensuite à Paris, 10 ans plus tard, et rencontrera l’amour de sa vie Marie Triepcke, une jeune artiste danoise à la beauté semblerait-il époustouflante.

Elle fut déjà son élève à Copenhague, mais c’est à Paris que leur amour débuta. Ils partirent ensemble en Italie afin de se marier en 1889. Ils y resteront un an afin de peindre avant de revenir au Danemark. Ce couple était connu : Marie était belle et Peder riche et célèbre, comme le confirme Dominique Lobstein, commissaire de l’exposition au Musée Marmottan :

« Il n’aura jamais de problèmes d’argent et petit à petit, il se transforme pour devenir un grand bourgeois. Néanmoins, il se souviendra toujours qu’il a commencé difficilement ». 

Dominique Lobstein, commissaire de l’exposition au Musée Marmottan (2021)

A partir de 1891, le couple se rend régulièrement à Skagen pendant l’été. Pendant les premières années, ils louent la maison de Madame Bendsen, jusqu’en 1894 où ils reçurent l’autorisation de louer et transformer un ancien bâtiment, aujourd’hui connu sous le nom de Krøyers Hus à Skagen.

Pendant près de 20 ans à partir de l’année 1882, P.S. Krøyer avait pris l’habitude de passer sa vie entre Copenhague et Skagen, passant 6 mois dans chaque ville. C’est en tout cas à Skagen que Peder Severin Krøyer peint ses tableaux les plus remarquables et où Marie devint un des ses modèles préférés. On retrouve aussi de nombreuses photos lui ayant servi de modèles pour ses peintures et montrant en même temps la vie des artistes dans cette communauté.

P.S. Krøyer et Vibeke devant la maison, à Skagen

Skagen voit petit à petit de plus en plus d’artistes venir en été, notamment à partir de 1890 et la popularisation des chemins de fer. Ainsi les artistes se retrouvaient pour faire la fête, souvent à l’initiative de P.S. Krøyer qui appréciait la convivialité.

Quelques tableaux plus impressionnistes tirés de la collection du peintre

L’année suivante, en 1891, Vibeke, leur fille, naquît. Elle restera avec son père lorsque le couple divorça en 1905. Les raisons du divorce sont probablement à cause des problèmes de santé de Krøyer. A partir des années 1900 il est régulièrement envoyé à l’hôpital psychiatrique de Middlefart pour une «psychose maniaco-dépressive». Il est traité avec du mercure et finit par perdre la vision de son œil gauche. Il finit par mourir en 1909 à l’âge de 58 ans. Peu avant sa mort, il termine néanmoins Feux de la Saint-Jean sur la plage de Skagen, un tableau qui représente la plupart des artistes de la communauté autour d’un feu de joie, tel un tableau testament qui lui prit près de 14 ans de travail avant d’être finalisé.

Peder Severin Krøyer, Sankt Hansblus på Skagen strand (149,5 x 257cm), 1906

A la fin de sa vie, l’école de Skagen tomba dans l’oubli. Durant une longue période, peu de gens s’intéressèrent à sa peinture, considérée comme passée de mode, kitsch. D’après Valérie Oddos,

« C’est à partir de 1978 qu’un relent d’intérêt envers son œuvre ressurgit : Soirée calme sur la plage de Skagen fut vendu pour le prix le plus élevé jamais attribué à un peintre danois »

Valérie Oddos, sur France Info (2021)

à l’Allemand Axel Springer. Aujourd’hui l’intérêt pour ce peintre Danois est de nouveau grandissant puisque l’exposition consacré à L’Heure Bleue, au Musée Marmottan en 2021, fut un franc succès. Durant sa vie et même après sa mort, Peder Severin Krøyer eut un grand succès au travers de son art !

Mais Krøyer a surtout laissé derrière lui cette Heure Bleue, expression aujourd’hui indissociable de son œuvre. C’est l’essence même de sa peinture, sa marque. Elle est un effet de lumière douce qui apparaît le soir, sur les plages de skagen, là où la mer du nord rejoint la mer Baltique.

Une Saison à la Plage – Explications

C’est sur cette esthétique que j’ai basé mon poème “Une Saison à la Plage”, qui reprend les différents tableaux de Krøyer où la plage est représentée. J’ai choisi un champ lexical de la peinture et la couleur, afin de mettre un avant l’origine picturale de mon poème. De la même manière, mes métaphores tentent de capturer l’aspect naturel de la scène, tout en jouant sur les mythèmes du nord (la mer houleuse, les bateaux, le vent, etc.). Le titre de ce poème fait référence aux passages saisonnier de l’artiste à Skagen, qui passait peindre à la campagne durant l’été. Par la même occasion, ce titre est un clin d’oeil au Recueil Une saison en enfer, d’Arthur Rimbaud. Le poème est une grande description de la plage et la mer de Skagen, comme représentée par Krøyer dans ses divers tableaux.

Peder Severin Krøyer, Skagen’s Beach in Moonlight (32,3 x 43,2cm), 1899

Cette description se fonde sur les différents aspects de la mer, houleuse ou d’huile, comme on aime l’imaginer. Les couleurs de cette dernière varient au cours de la journée, tantôt azurin, tantôt argenté quand la lune l’éclaire. J’ai tenté d’exprimer les couleurs des tableaux de Krøyer qui mettait en avant dans son œuvre la couleur du ciel et de la mer, avec une plage d’un jaune doux qui donnait au tableau un aspect très serein. Cet aspect lui permettait de mettre en avant sa compagne ou les différentes artistes qui l’accompagnait peindre. Leurs robes blanches se démarquaient alors du reste du tableaux sans pour autant sembler de trop. Alors j’ai repris la figure de la robe, en l’associant à la mer (« sa robe nocturne »), afin de subtilement faire référence à sa femme. De la même manière, le champs lexical du textile m’a permis une continuité entre les différents aspect du tableau. En commençant par les vagues de satin, puis la toile de lin, qui fait référence à la toile de l’artiste, suivi par l’Heure Bleue qui couvre d’un drap Skagen et les voiles de mâts, pour enfin finir sur la robe nocturne. Ainsi l’artiste, la mer, ses bateaux ainsi que la plage son lié par un élément commun : le textile.

L’autre élément, important – et c’est celui qui met le plus en avant le nord – est celui de la nature. Les scandinaves prêtent une grande importance à la nature dans leur culture (Friluftsliv chez notamment les norvégiens), ce qui a mené les autres européens a souvent imaginer le nord en association avec cette dernière. Ce mythème, je l’exprime à travers la mer, les étoiles et les planètes (Saturne), les reflets de lune ainsi que le vent, personnifiés tout au long du poème. Enfin je termine le poème avec Krøyer se levant de son chevalet, révélant le peintre en toute fin de cycle (de l’aube jusqu’à l’aube) quittant la scène, montrant par la même occasion son obsession pour la plage de Skagen, qu’il peindra énormément sans jamais s’en lasser.

A travers ce poème, j’ai donc tenté de représenter et de diffuser Krøyer, dans l’espoir d’avoir piqué l’intérêt de certains.

Références et bibliographie



Citer ce billet
simonevrard (2023, 9 juin). Un peintre danois : Peder Severin Krøyer. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyn

  1. pour en savoir un peu plus sur la percée moderne et ses suites notamment dans le néo-romantisme scandinave voir : Segrestin Marthe. Le néoromantisme dans les pays scandinaves. In: Romantisme, 2006, n°132. Rejet et renaissance du romantisme à la fin du XIXe siècle. pp. 37-48. DOI : https://doi.org/10.3406/roman.2006.6458 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search