Maria Sandel, une écrivaine ouvrière

Une écrivaine prolétaire

Maria Sandel (1987-1927) est une écrivaine suédoise du début du 20ème siècle. Elle est plus précisément connue comme étant une pionnière de la littérature prolétarienne suédoise. Plusieurs études, dont celles de la chercheuse Beata Agrell, ancienne professeure à Göteborgs Universitet et spécialiste de la littérature suédoise, l’identifient comme étant la première femme auteur prolétaire, qui plus est autodidacte.

Maria Sandel

Maria Sandel a commencé à travailler en Suède au début du 20ème siècle, époque frappée par toutes sortes de changements : modernisation, prolétarisation, industrialisation, sécularisation et urbanisation. Obligée d’arrêter ses études pour travailler, Sandel devient elle-même ouvrière. Malgré sa condition sociale et sa classe sociale d’origine, elle réussit à écrire plusieurs livres (voir ci-dessous), des poèmes et des articles de presse :

  • Vid svältgränsen och andra berättelser (1908) – En français Gouttes de l’océan populaire, traduit du suédois par Vincent Dulac, aux éditions Cupidus Legendi.
  • Familjen Vinge och deras grannar. En bok om verkstadsgossar och fabriksflickor (1913),
  • Virveln (1975)
  • Hexdansen (1919)
  • Droppar i folkhavet (1924)
  • Mannen som reste sig (1927)

La question de la religion

Dans ma recherche en thèse1 , je m’intéresse à Maria Sandel dans la mesure où elle appartient à la première génération d’écrivains prolétariens (1900 – 1925)((. Le but est de démontrer la façon dont son œuvre a été influencée par la tradition protestante, à une époque où la littérature ouvrière se voulait socialiste et que l’auteure elle-même était anti-religion.

En effet, même si l’écrivain, dans ses textes, se montre hostile à toute sorte d’oppression, y inclus celle religieuse, toujours est-il que l’on peut identifier dans ses récits des caractéristiques renvoyant à la religion protestante qui a été d’ailleurs la religion d’État en Suède – et même en toute la Scandinavie – pendant des décennies.

Certaines de ces caractéristiques seraient notamment : la place accordée au travail, l’ascétisme dont font preuve certains de ses personnages, les valeurs morales préconisées dans son œuvre, la simplicité de son style, le rapport à la collectivité qu’entretiennent ses personnages, entre autres.

Par ailleurs, de même que le mouvement d’Éveil protestant, Sandel, à travers ses textes, semble vouloir éveiller son lecteur contre les injustices sociales de son époque, voire les amener à se révolter, à descendre dans la rue pour manifester, à engendrer des changements dans la société et surtout, comme elle, à ne jamais se résilier face à toute sorte d’oppression et/ou d’assignation.

Où trouver ses œuvres ?

Aujourd’hui Sandel est de plus en plus étudiée. L’importance de son œuvre pour l’histoire de la littérature suédoise est reconnue ; ses œuvres sont disponibles sur le site de la Litteraturbanken et un site web de la société de ses amis, Maria Sandelsällskapet, lui est consacré.

Pour aller plus loin, Lise Froger-Olsson a écrit un article en français sur ses liens avec le syndicalisme dans Nordiques.2. On peut également trouver une notice biographique, traduite en anglais, sur le Svenskt Kvinnobiografiskt lexikon qui est une initiative suédoise pour mettre en ligne des biographies de femmes.3

Rodrigo Edvard ARAUJO SILVA

  1. qui est lié à un vaste projet de recherche sur l’esthétique du protestantisme []
  2. Lise Froger-Olsson, « Progrès social et égalité : Maria Sandel, écrivaine suédoise et syndicaliste », Nordiques [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 12 mai 2023. URL : http://journals.openedition.org/nordiques/4054 []
  3. Eva Borgström, « Maria Gustafva Albertina Sandel », Svenskt kvinnobiografiskt lexikon [En ligne], consulté le 12 mai 2023. URL : www.skbl.se/sv/artikel/MariaSandel []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rodrigo Edvard ARAUJO SILVA (12 mai 2023). Maria Sandel, une écrivaine ouvrière. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search