À la recherche du loup garou

Statue de deux enfants têtant au sein d'une louve

La lycanthropie est un phénomène mythologique ancien, qui a traversé de nombreuses époques, frontières, cultures et civilisations. Aujourd’hui, nous allons tenter de définir lesquelles grâce aux technologies liées aux humanités numériques.

Introduction

Couverture du livre

The Book of Were-Wolves1, écrit par Sabine Baring-Gould et publié en 1865, est une œuvre particulièrement intéressante à étudier dans le cadre des humanités numériques. Elle s’inscrit dans la lignée d’autres œuvres rédigées par ce prêtre du 19e siècle comme une étude rationnelle d’un phénomène folklorique. Les récits relatés sont ainsi authentiques, bien qu’adaptés à son public. Ainsi, il fournit un formidable travail de récollection et de classification de mythes anciens comme de procès réels.

Le livre renferme donc de nombreuses informations sur le phénomène de la lycanthropie à travers les âges et les civilisations qui ne demandent qu’à être exploitées. Il constitue ainsi le matériau idéal pour tester divers outils d’analyse textuelle. J’ai décidé de choisir une série de questions sur les civilisations abordées dans l’œuvre et d’essayer d’y répondre grâce a ces outils. Je présenterais, avec chaque question, l’outil choisi et les résultats obtenus.

Analyses et outils

Dreamscape : chercheurs sans frontières

Dreamscape2 est un des nombreux outils en ligne proposé par voyant tools. Il s’agit d’une mappemonde qui montre les lieux mentionnés dans le texte et fournit une visualisation du trajet par ordre de lecture du texte. Le trajet est animé, et on peut suivre en temps réel les extraits du texte dont ils sont issus avec le point de départ et d’arrivée. Il nous permettra donc de répondre à la première question : quels sont les lieux évoqués dans le récit ?

Le démarrage est simple, car il suffit de charger un fichier txt sur le site. Une fois la carte générée, chaque lieu est représenté par un point dont la taille varie selon sa fréquence dans le corpus. Il est à noter que si le lieu est mentionné plusieurs fois d’affilée, l’outil choisira la première mention comme point d’arrivée et la dernière mention comme point de départ.

Carte dreamscape : résultat après correction

L’outil est assez précis et performant. Des 26 lieux qu’il a détectés, 21 étaient corrects. J’ai constaté deux types d’erreurs. Premièrement, le programme détecte certains mots comme des noms de lieux car ils sont homonymes de villes existantes. Il est donc nécessaire de vérifier chacune des occurrences dans leur contexte pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un lieu. Heureusement, l’outil permet en cliquant sur le point d’afficher tous ses contextes, ce qui facilite le processus. Pour la deuxième erreur, le logiciel avait détecté les initiales d’une ville. L’œuvre étant remplie de références abrégées, ce genre d’erreur aurait pu subvenir à de nombreuses reprises. Or, elle n’est apparue qu’une seule fois et semble donc peu fréquente.

La problématique principale de l’outil est qu’il limite l’utilisateur dans sa capacité à modifier et rectifier une erreur. S’il est facile de supprimer un point, il est impossible de les déplacer manuellement. Ils peuvent être modifié, mais seulement en choisissant d’autres propositions de lieu faites par l’outil. Dès lors, si vous connaissez la vrai localisation d’un lieu mais que l’outil n’a pas cette information, vous ne pourrez pas l’intégrer à votre carte.

J’ai donc choisi de supprimer les points erronés puisqu’il ne s’agissait pas de lieux. Le résultat, comme vous pouvez le constater, est centré sur l’Europe, tout particulièrement l’Europe occidentale. La Scandinavie est totalement absente alors que sa mythologie est fréquemment mentionnée. Cela découle probablement de la tendance des mythes scandinaves à mentionner des lieux dits. Une civilisation Africaine, les Abyssins, est également mentionnée et manque de la carte. Elle fut assimilée à l’empire éthiopien, il se peut donc que ses cités aient été renommées à cette occasion et ne soient donc pas détectées par dreamscape.

J’ai donc obtenu une carte incomplète, mais grâce à mes corrections, j’ai pu m’assurer que les données présentes étaient justes. Mais en me penchant un peu plus sur la carte, j’ai remarqué un point qui soulevait une nouvelle problématique : Constantinople. Une ville qui aujourd’hui n’est techniquement plus, puisqu’il s’agit d’Istanbul. J’ai alors réalisé que si l’on enlevait les noms de la carte, il était impossible de savoir quelle civilisation était concernée en se basant uniquement sur les points. Il me manquait un élément crucial : les dates.

Enfilez vos blouses !

Pour retrouver les dates mentionnées dans l’œuvre, j’ai la solution toute trouvée. Direction : le laboratoire des mythèmes3 de l’Université de Strasbourg ! Ce site est consacré à la détection et l’analyse des mythèmes, les unités centrales d’un récit. Il s’appuie comme voyant tools sur plusieurs outils et permet d’extraire et visualiser de nombreuses données. Néanmoins, l’utilisation n’est pas libre d’accès pour le moment. Il s’agit d’un projet de recherche en cours de développement, et il vous faudra être modérateur du site pour ajouter de nouvelles œuvres à analyser. Vous pouvez tout de même y consulter les données des œuvres déjà traitées, ce qui représente plus d’une centaine de textes.

Parmi les données extraites, on retrouve les indicateurs de temps. J’espère ainsi pouvoir répondre à ma deuxième question : Quelles sont les périodes évoquées dans le récit ? Comme vous pouvez le constater, toutes les échelles de temps sont présentes, de la journée au siècle. La période couverte par l’œuvre s’étend d’autour de l’an 50 jusqu’au 19è siècle, période où fut publié le livre. En effet, Sabine Baring-Gould y mentionne des écrits d’auteurs romains contemporains à l’empereur Nero, né en l’an 37 et mort en l’an 68.

Les indicateurs de temps détectés par le laboratoire des mythèmes

Ainsi, nous n’avons d’intérêt que pour les années, afin de déterminer le siècle et donc l’époque à laquelle se déroulent les faits. Le laboratoire en a extrait 27, allant du 13è au 19è siècle, en s’appuyant sur la présence et la récurrence des dates déjà présentes dans sa base de données. En comparaison, j’en ai retrouvé 46 en cherchant dans le texte à l’aide d’expressions régulières, et 18 de plus en cherchant des années à trois chiffres, qui ne semblent pas être détectées par le laboratoire.

Non content de disposer d’un set de données considérablement incomplet, je me suis retrouvé face à une nouvelle problématique. Même si j’avais pu récupérer toutes les dates, je n’en avais aucune utilité sous cette forme. Par exemple, dreamscape m’a indiqué une ville en Italie. Si je la considère au 19è siècle, le contexte culturel est radicalement différent du 12è siècle, ou encore du 1er. Il me fallait donc un moyen de lier les lieux et les dates : il me fallait des chronotopes.

Les chronotopes

Heureusement, le laboratoire des mythèmes est plein de ressources. Il nous permet d’obtenir un fichier particulièrement intéressant, au format graphml. Premièrement, le texte initial est nettoyé : le programme supprime ce qu’on appelle les « stopword ». Il s’agit de tous les mots de liaison qui servent a construire une phrase mais qui ne sont pas importants en termes de sens. La fréquence des mots qui restent est également prise en compte, et seuls ceux qui apparaissent plus de 5 fois seront gardés, dans une volonté de ne conserver que les mythèmes.

Le format, lui, permet d’ouvrir le fichier avec Gephi4. Ce logiciel, cette fois-ci à télécharger, permet de visualiser et manipuler des graphiques et des réseaux. Plus particulièrement, Gephi permet de filtrer les données selon les types attribués par le laboratoire, et dans ces types nous retrouvons ces fameux chronotopes. Issu des mots grecs signifiant temps (chronos) et espace (topos), ils englobent à la foi les lieux et le temps. Ainsi j’espérais trouver le lien entre les dates et les lieux présents dans le livre afin de répondre à ma dernière question : quels sont les chronotopes mentionnés dans l’œuvre ?

Réseau des chronotopes sur Gephi

Malheureusement le résultat fut tout autre, comme le montre la capture d’écran des résultats. Les dates ne semblent pas avoir été conservées après le tri, les seules unités de temps étant des saisons et des moments de la journée. Très peu de villes et de pays sont restés, et la majorité des indicateurs de lieu sont des concepts plutôt qu’un lieu défini. Aucun moyen donc de lier ces deux informations.

Conclusion

S’il fut facile d’isoler des marqueurs de lieu et de temps grâce aux outils que j’ai utilisé, je n’ai pas trouvé de moyen de les lier afin d’en déduire quelles mythologies étaient abordées dans le livre.

La construction narrative de l’œuvre a, selon moi, rendu la tâche plus difficile à ces outils. En effet, il ne s’agit pas d’une seule histoire ordonnée chronologiquement. L’auteur donne un maximum d’informations sur les cas qu’il examine. Mais lorsqu’il les compare à d’autres cas, ou a des mythologies différentes, il le fait brièvement, souvent sous forme de citation. Le lieu et le temps sont alors moins clairement définis, et doivent fréquemment être déduits de l’œuvre ou de l’auteur cité. Par ailleurs, la date ou le lieu de certains évènements lui sont inconnus et il ne peut donc pas les préciser. Ces informations sont complexes à traiter pour des programmes informatiques. Elles demandent souvent une perception du contexte ou des déductions qui restent difficiles voire impossibles pour une machine.

Sources

Cet article fait partie des rendus d’étudiants et étudiantes dans le cadre d’un projet de didactique des humanités numériques.

  1. Baring-Gould, S. (1865). The Book of Were-wolves : Being an Account of a Terrible Superstition. []
  2. Sinclair, Stéfan and Geoffrey Rockwell, 2016. Voyant Tools. Web. http://voyant-tools.org/. []
  3. Mohnike T., Strapazzon L. (2016). Laboratoire des Mythèmes []
  4. Bastian M., Heymann S., Jacomy M. (2009). Gephi: an open source software for exploring and manipulating networks. International AAAI Conference on Weblogs and Social Media. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucas Gully (31 mars 2023). À la recherche du loup garou. Feuillets du Nord. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sdyd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search